Dix personnes sont mortes et une autre a été grièvement blessée dans l'incendie d'un immeuble à Paris dans la nuit de lundi à mardi, a-t-on appris auprès des pompiers. "Le bilan pourrait s'alourdir, car le feu est toujours en cours dans les 7e et 8e étages" de cet immeuble du 16e arrondissement (sud-ouest de Paris), selon le porte-parole des pompiers sur place, le capitaine Clément Cognon.



Le feu, qui s'est déclenché pour une raison encore indéterminée, a également fait 27 blessés légers, dont trois pompiers. Le sinistre a débuté vers 01h00 du matin dans cet immeuble de la rue Erlanger, où Mike Brant s'était jadis défenestré. Les pompiers évoquent une "scène d'une incroyable violence".



Certains habitants de cet immeuble des années '70 comptant huit étages se sont réfugiés sur les toits pour échapper aux flammes, alors que de nombreux résidents ont appelé au secours depuis leurs fenêtres.



"Nous avons dû procéder à de nombreux sauvetages, notamment de certaines personnes qui s'étaient réfugiées sur les toits", a indiqué à l'AFP le capitaine Cognon. "Une trentaine de personnes ont été évacuées sur les échelles", a-t-il précisé.



Deux immeubles adjacents ont également été évacués par mesure de précaution et des responsables de la mairie du 16e arrondissement étaient sur place dans la nuit pour trouver des solutions de relogement.



Vers 05h00, les 200 pompiers déployés sur place étaient toujours en train d'éteindre le feu et de prendre en charge les blessés.



Plusieurs rues de ce quartier chic de Paris situé à la lisière du Bois de Boulogne, étaient bloquées par la police et par les pompiers, a constaté une journaliste de l'AFP.



Le 12 janvier, une explosion de gaz suivie d'un incendie avait fait quatre morts dans le 9e arrondissement, dans le centre de Paris.



Une habitante de l'immeuble placée en garde à vue



La femme interpellée dans le cadre de l'enquête sur l'incendie, probablement criminel, qui a fait au moins dix morts dans la nuit de lundi à mardi dans l'ouest de Paris présentait des "antécédents psychiatriques", a annoncé le procureur de Paris. "Une personne qui habite l'immeuble a été interpellée. Il s'agit d'une femme de 40 ans qui présentait des antécédents psychiatriques", a indiqué Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris lors d'un point presse près de l'endroit où l'incendie a eu lieu.



"Cette femme a été interpellée dans la rue immédiatement après l'incendie. Elle se trouve en garde à vue", a-t-il précisé, ajoutant qu'une enquête avait été ouverte pour "incendie volontaire ayant entraîné la mort et des blessures" et confiée à la police judiciaire de Paris. "L'enquête se poursuit pour connaître les conditions dans lesquelles le feu se serait propagé", a-t-il encore déclaré.







© AFP