Banniere Guicopres janvier 2019

ACTUALITES

Guinée-Prise d’otage et séquestration : trente ans de prison requis contre cinq personnes dont un gendarme

 Société
5/6/2019

 

Un des substituts du procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn, dans la banlieue de Conakry, a requis, le lundi, 03 Juin, trente (30) ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de dix (10) ans contre cinq personnes dont deux en fuite, et l’émission d’un mandat d’arrêt contre ces derniers.

Les cinq personnes au nombre desquelles figure un adjudant-chef de la gendarmerie sont accusées d’association de malfaiteurs, complicité, séquestration, prise d’otage, vol à main armée, détention illégale d’arme de guerre. Faits prévus et punis par le code pénal guinéen.

Devant la gravité des faits, surtout la prise d’otage avec demande de rançon, une nouvelle forme de criminalité qui prend de l’ampleur dans le pays, le substitut du procureur de la République, M. Diomandé a demandé au président du tribunal d’aider le ministère public dans sa lutte.

Pour M. Diomandé, il y a bien eu entre les cinq personnes, une entente en vue de procéder à des prises d’otage, des séquestrations, des vols avec des armes qu’elles détiennent illégalement. C’est pourquoi, selon lui, il faut les condamner à ces lourdes peines pour freiner leur élan.

Dans ses plaidoiries, Maître Joseph Loua, membre du collectif des avocats des victimes, a soutenu que les accusés sont des habitués des faits mis à leur charge. Il s’agit, selon lui, de récidivistes très bien connus non seulement par les services de police, mais aussi par la justice.

Au profit de l’homme d’affaire Thierno Souleymane Baldé enlevé, séquestré et torturé pendant une semaine, l’avocat de la partie civile a sollicité la condamnation des accusés au payement de 105 mille dollars, 7 millions de francs guinéens à titre principal, trois milliards de francs guinéens à titre de dommages-intérêts et la confiscation de tout leur bien. Sans oublier la restitution ou le payement de la valeur des bijoux retirés avec lui.

Pour sa part, Maître Zézé Kalivogui, un autre membre du collectif des avocats de la partie civile a demandé aux magistrats de Guinée de prendre leur responsabilité. Ce qui est grave dans cette affaire, selon lui, c’est la participation à la commission des différentes infractions d’un homme recruté pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens.

Autre membre du collectif, Maître Faya Gabriel Kamano a condamné « cette façon de se faire de l’argent qui tue l’économie nationale », le fait que les hommes n’ont plus la crainte de Dieu, mais aussi les barrages nocturnes des forces de l’ordre qui ne servent qu’à rançonner les citoyens.

Du côté de la défense, Maître Michel Tolno a par contre, dénoncé d’énormes contradictions dans les déclarations de l’homme d’affaire soi-disant victime d’enlèvement, séquestration et torture. Pour lui, rien ne prouve que l’homme d’affaire a été torturé. Et même si c’était le cas, rien n’indique que ces traitements inhumains et dégradants sont le fait de ses clients.

Convaincu que les faits poursuivis ne sont pas constitutifs d’infraction, et ne sont pas imputables aux accusés, l’avocat de la défense tout en dénonçant des prétentions infondées et des demandes fantaisistes de la part des avocats de l’homme d’affaire, a demandé au tribunal de relaxer ses clients en application de l’article 544 du code pénal.

Le temps faisant défaut, le président du tribunal a décidé de renvoyer l’affaire au 10 juin pour la suite des plaidoiries de la défense.

Kovana SAOUROMOU





 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Procès des militants du FNDC à Nzérékoré : mi-figue, mi-raisin, la défense promet d’interjeter appel

N'zérékoré : des opposants au projet de réforme constitutionnelle dans la ligne de mire des autorités locales

Boké: Vaccination contre la fièvre aphteuse, 871 animaux tués

Kindia: Alpha Condé lance les travaux des infrastructures pour la fête tournante de l'indépendance

Kindia : une manifestation d’opposants interdite par le maire

Education : des heurts entre élèves et enseignants font des blessés à Kankan et Kindia

Guinée: des orpailleurs Burkinabés en justice suite à une plainte d’une association d’orpailleurs locaux

Guinée: Liberté provisoire pour le journaliste Lansana Camara

Marche de la colère contre la détention du journaliste Lansana Camara : Déclaration des associations de presse

Kissidougou : les assassins de Koly Soua Kolié et Mamadi Kallo sanctionnés à la hauteur de leur forfaiture

Bannière