Banniere Guicopres janvier 2019

ACTUALITES

Débat : Les farces politiques du FNDC , outils de danse de juristes politiciens guinéens (RPG ARC-EN-CIEL FRANCE
)

5/6/2019

 
Quand on ne peut plus vivre, on a le droit de mourir et de faire de sa mort une dernière étincelle disait IZZO.
La dernière sortie du Professeur Zogbelemou a privé de sommeil les juristes de l’opposition guinéenne. Ces derniers qui pensaient naïvement que la constitution actuelle ne permettait aucun changement de constitution sont tombés des nues en découvrant la démonstration magistrale du pape du droit constitutionnel en Guinée.
En un seul article il a déconstruit tout l’argumentaire développé depuis des mois par des juristes en manque d’inspiration. L’article 51 permet en effet, et contrairement à ce que défendaient les petits juristes de quartier, de proposer un changement de constitution.
L’opposition comme à son habitude répond par les injures et invectives. Pour contredire le pape, elle patauge dans la boue en essayant de se tirer par les cheveux à l’image du baron von Münchhausen qui essayait sortir de la boue en se tirant par ses propres cheveux.
Son argument phare serait donc ceci : la constitution n’est pas une loi ! C’est curieux pour les défenseurs de l’actuelle constitution. Constitution qui dispose en son article 2 que la constitution est la loi suprême de la Guinée. Une loi suprême ne serait donc pas une loi ? Si le ridicule pouvait tuer ils seraient tous morts.
Pour nous distraire davantage, ils se barricadent derrière la hiérarchie des normes. Cette expression qui peut sembler compliquée pour le profane du droit est en réalité très simple. Il s’agit en réalité de la pyramide des lois. Cette pyramide a été définie précisément par le code civil guinéen en son article 9.
Les lois prises au sens large obéissent à la hiérarchie suivante dans l’ordre décroissant d’importance :
- Constitution ;
- Proclamation ;
- Traités internationaux ;
- Loi ou Ordonnance ;
- Décret ;
- Arrêté ministériel ;
- Décision ministérielle ;
- Arrêté régional ;
- Décision régionale.
Précisons au passage que ce code civil est en vigueur et est donc conforme à la constitution.
On nous parle aussi de la France et de l’article 10 de la constitution française qui ne serait pas utilisé en France pour changer de constitution. Cet article ne sert et ne devrait servir aux yeux de nos « éminents juristes » qu’à modifier la constitution. Ils citent le Général De Gaulle devenu subitement le héros Guinéen.
En parlant du Général Charles De Gaulle,il faudrait peut être rappelé à ces apprentis défenseurs d’une constitution qu’ils ont à peine lue, et encore, que le Général a dû procéder en deux étapes. Il a d’abord fait abroger l’article 90 de la constitution 1946 qui le gênait pour changer de constitution.
En voulant s’opposer au changement il nous donne un exemple qui offre les solutions aux défenseurs de la nouvelle constitution. En s’inspirant de ce qu’avait fait le De Gaulle entre juin et octobre 1958 ,on pourrait amender l’actuelle constitution pour y inclure de façon claire et précise le processus de changement de la constitution. Utiliser ensuite ces nouvelles dispositions pour changer de constitution.
Dans leur démarche absurde, ils donnent même la solution pour un 3eme mandant. En effet il suffit d’abroger l’article 154 de l’actuelle constitution. Une fois cet article abrogé on peut faire ce que l’on veut de la durée et du nombre de mandats. Si le Professeur Alpha Condé voulait tripatouiller la constitution, ce qu’il aurait fait en toute légalité.
Le Président de la République est dans une démarche démocratique et ne cherche qu’à doter la Guinée d’une constitution qui sera le reflet de nos aspirations profondes. Le Général ne déclarait-il pas ceci ? Des Grecs jadis demandaient au sage Solon : " Quelle est la meilleure constitution ? " Il leur répondait : " Dites-moi d'abord pour quel peuple et à quelle époque ".

Cellule de communication RPG ARC-EN-CIEL FRANCE

 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

N'zérékoré : des opposants au projet de réforme constitutionnelle dans la ligne de mire des autorités locales

Boké: Vaccination contre la fièvre aphteuse, 871 animaux tués

Kindia: Alpha Condé lance les travaux des infrastructures pour la fête tournante de l'indépendance

Kindia : une manifestation d’opposants interdite par le maire

Education : des heurts entre élèves et enseignants font des blessés à Kankan et Kindia

Guinée: des orpailleurs Burkinabés en justice suite à une plainte d’une association d’orpailleurs locaux

Guinée: Liberté provisoire pour le journaliste Lansana Camara

Marche de la colère contre la détention du journaliste Lansana Camara : Déclaration des associations de presse

Kissidougou : les assassins de Koly Soua Kolié et Mamadi Kallo sanctionnés à la hauteur de leur forfaiture

Forécariah: Menace de disparition de l'île de Kaback

Bannière