Banniere Guicopres janvier 2019

ACTUALITES

Pulvériser du désinfectant dans les rues pour lutter contre le coronavirus: "Dangereux et pas efficace!"

 Société
16/5/2020

 

Pulvériser ou fumiger du désinfectant dans les rues, comme certains pays le font, ne permet pas d'éliminer le nouveau coronavirus et pose un risque sanitaire, a averti samedi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).



"La pulvérisation ou la fumigation d'espaces extérieurs, tels que les rues ou les marchés, n'est pas recommandée pour tuer le virus Covid-19 ou d'autres pathogènes car le désinfectant est inactivé par la saleté", explique l'OMS dans un document sur le nettoyage et la désinfection des surfaces dans le cadre de la riposte au nouveau coronavirus.



"Même en l'absence de matières organiques, il est peu probable que la pulvérisation chimique couvre correctement toutes les surfaces pendant la durée du temps de contact nécessaire pour inactiver les agents pathogènes", ajoute l'OMS.



Et d'ajouter: "En outre, les rues et les trottoirs ne sont pas considérés comme des réservoirs d'infection du Covid-19". Sans compter, poursuit l'organisation, que "pulvériser des désinfectants, même à l'extérieur, peut être dangereux pour la santé humaine".



L'OMS souligne d'ailleurs qu'"il n'est en aucun cas recommandé de pulvériser des désinfectants sur des personnes" étant donné que "cela pourrait être physiquement et psychologiquement dangereux et ne réduirait pas la capacité d'une personne infectée à propager le virus via les gouttelettes ou par contact".



Pulvériser du chlore ou d'autres produits chimiques toxiques sur les personnes peut causer, tient à rappeler l'OMS, une irritation des yeux et de la peau, un bronchospasme et des effets gastro-intestinaux.



Dans les espaces intérieurs, l'application systématique de désinfectants sur les surfaces par pulvérisation ou fumigation n'est pas non plus recommandée par l'OMS.



"Si des désinfectants doivent être appliqués, il convient de le faire avec un chiffon ou une lingette imbibée de désinfectant", recommande l'OMS.



Le virus SRAS-CoV-2, à l'origine de la pandémie qui a fait plus de 300.000 morts dans le monde depuis son apparition fin décembre en Chine, peut se fixer sur des surfaces et des objets, mais actuellement aucune information précise n'est disponible sur la durée pendant laquelle les virus restent infectieux sur les différentes surfaces.



Des études ont montré que le virus pouvait rester plusieurs jours sur plusieurs types de surfaces. Toutefois, ces durées maximales ne sont que théoriques car enregistrées en conditions expérimentales, souligne l'OMS.



AFP


 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Kankan: 4 nouveaux groupes électrogènes pour améliorer la desserte en électricité

Kindia/COVID-19: Les autorités pour le respect strict des mesures sanitaires

Guinée : reprise des manifestations de rue ?

Coyah: en colère contre la banalisation de la (COVID-19) le préfet annonce des mesures draconiennes

Kindia: le secrétaire préfectoral des affaires religieuses et deux autres imans guéris du Covid-19

Dabola : des éléments de l'Union préfectorale des bouchers interpellés

Violences post-électorales à N'Zérékoré: le parquet général de Kankan note 30 morts

Mamou/Faits Divers : 3 viols sur mineures à l'espace d'une semaine

Grave accident de la circulation à Kankan : cinq morts et quatorze blessés

COVID-19 : 4 cas suspects, dont des religieux, à confirmer au centre de dépistage de KIndia

Bannière