Banniere Guicopres janvier 2019

ACTUALITES

Cellou Dalein Diallo: «Je respecte les personnes âgées mais il est fatigué et doit partir»

 Politique
12/10/2020

 

À dix jours de la présidentielle en Guinée, l’opposant Cellou Dalein Diallo est l’invité de RFI et France 24, ce jeudi 8 octobre 2020. Dans cet entretien, l'ancien Premier ministre affirme notamment que le président sortant Alpha Condé est trop vieux pour briguer un troisième mandat.



Marc Perelman : Monsieur Cellou Dalein Diallo, il y a six mois, vous aviez décidé de boycotter les législatives. Vous aviez perdu votre siège de député à cette occasion. Et aujourd’hui, contre l’avis de vos partenaires du Front national de défense de la Constitution (FNDC), vous allez à la présidentielle. N’est-ce pas incohérent et n’allez-vous pas perdre les voix de vos amis, comme Sidya Touré, président de l’Union des forces républicaines (UFR) par exemple, qui appellent, eux, au boycott ?



Cellou Dalein Diallo : Pour l’UFDG [Union des forces démocratiques de Guinée], pour ses dirigeants, pour ses militants, cette élection était une opportunité pour lutter contre ce troisième mandat, et montrer que le peuple de Guinée est contre ce troisième mandat. Nous sommes conscients que le peuple de Guinée aura l’opportunité de montrer qu’il est opposé au troisième mandat en adressant une forte sanction à monsieur Alpha Condé. Il est décrié partout, d’abord parce qu’il a un bilan catastrophique, et ensuite parce qu’il a trahi son serment, il a violé la Constitution sur laquelle il a été élu. Le peuple guinéen n’a pas apprécié son obstination à se maintenir au pouvoir. Avec son âge, il n’a plus la capacité physique et intellectuelle d’exercer cette fonction exigeante de président de la République. Vous l’avez vu lors de votre interview, vous avez vu, il est fatigué. À 83 ans, il n’en peut plus. Aujourd’hui, il a choisi de faire sa campagne par visioconférence, vraiment parce qu’il n’a pas la capacité physique d’aller rencontrer les populations. Donc, je pense qu’il devrait accepter de partir dignement à la retraite.



Christophe Boisbouvier : Est-ce que vous ne tombez pas là dans des attaques personnelles qui ne sont peut-être pas dignes de cette campagne ?



Non. Je dis qu’effectivement, il est fatigué. On respecte en Afrique les personnes âgées. Je lui voue un respect en tant que grand frère, en tant que président de la République, tout le respect qu’il faut, mais il est important qu’il prenne conscience de la nécessité de contribuer à instaurer la démocratie dans ce pays.



C.B. : Vous avez dit récemment que le risque d’un hold-up électoral par le président Alpha Condé était moins grand que dans le passé. Est-ce que vous êtes rassuré par le fichier électoral dont la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) dit qu’il est de « qualité suffisante » ?



Je n’ai jamais dit que le risque d’un hold-up était nul ou qu’il n’existait pas, ou qu’il était moins important. J’ai dit que monsieur Alpha Condé ne peut pas récolter suffisamment de suffrages pour pouvoir se proclamer vainqueur de cette élection. Alors, est-ce que le fichier est bon ? Le fichier n’a jamais été consensuel. Ici, l’avantage que nous avons, c’est que, même si les élections étaient organisées seulement dans son fief, Alpha Condé les perdrait parce que personne ne veut de lui.



M. P. : Est-ce que vous craignez des fraudes à grande échelle à cette élection ou est-ce que vous êtes confiant ?



Oui, il va tenter de faire des fraudes. Alpha n’a pas d’électeurs aujourd’hui, mais il a des fraudeurs, les préfets, les sous-préfets, l’administration, les ministres. Mais nous sommes vigilants et nous n’accepterons pas que nos suffrages soient volés cette fois-ci.



C.B. : Vous accusez votre adversaire Alpha Condé d’instrumentaliser la question ethnique. Mais lui nie farouchement et il accuse vos partisans d’avoir caillassé le convoi du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana le mardi 29 septembre. C’était donc il y a quelques jours dans le fief de Labé en Moyenne-Guinée. Est-ce que la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) n’a pas raison de mettre en garde les deux camps, celui d’Alpha Condé mais aussi votre camp, monsieur Cellou Dalein Diallo, contre la tentation de jouer cette carte ethnique ?



J’ai écouté Alpha Condé lorsque vous l’avez interviewé. Il a nié avoir parlé d’ethnie. Maintenant, j’ai l’audio parce que c’est récent, il y a moins d’un mois. C’est là, il n’a pas pu assumer cela parce que ce n’est pas facile d’assumer. Mais l’audio existe, il l’a fait publiquement, je vais vous l’envoyer. Alors les violences ne sont pas des choses que l’UFDG souhaite, nous avons toujours appelé au calme. Vous savez bien qu’en 2010, j’ai gagné les élections. C’est au nom de la paix que j’ai renoncé à ma victoire parce que les tensions de nature ethnique créées par Alpha Condé étaient telles que, si je refusais les résultats proclamés par la Cour suprême, le pays risquait de sombrer dans des violences qui auraient pu aller vers la guerre civile. J’ai accepté.



C.B. : Si vous jugez que le verdict des urnes n’est pas fidèle à la réalité, est-ce que vous allez appeler vos partisans à descendre dans la rue ou pas ?



Nous sommes en train de nous organiser pour avoir tous les résultats en temps réel. Nous allons déployer 32 000 délégués dans les bureaux de vote pour que, dès que le dépouillement sera terminé et le PV dressé, nous ayons les résultats. Si nous avons des résultats qui confirment qu’on a gagné, on le dira parce qu’on publiera les résultats qu’on obtiendra au fur et à mesure pour que le peuple guinéen soit informé. Au cas où nous perdions, je serais le premier à féliciter monsieur Alpha Condé. Mais si nous gagnons et qu’il se proclame vainqueur, on ne l’acceptera pas.



M.P. : Vous appellerez les gens à descendre dans la rue ? Très clairement, on a besoin de clarifications.



Nous appellerons à manifester pour s’opposer au hold-up électoral. La manifestation pacifique dans les rues et sur les places publiques est un droit constitutionnel.



RFI












 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Violences électorales à Kankan: Le gouverneur apporte des précisons et rassure les populations

Déclaration du ministère de la citoyenneté et de l'unité nationale: « L’élection est une compétition : OUI AU DÉBAT, NON A L’AFFRONTEMENT »

Opinion: Dépité, l’ancien député Marega nous livre ses dernières éructations (Tibou Kamara)

Présidentielle en Guinée: Alpha Condé en tournée, Cellou Dalein Diallo bloqué

Boké: des accrochages entre manifestants et forces de l'ordre font un mort à Kolaboui

Violences à Kankan : Ousmane Gaoual Diallo demande aux militants de l’UFDG de rester sereins

Dinguiraye/président ielle 2020: La CENI lance les opérations de distribution des cartes d’électeurs

Siguiri-Présidentielle 2020 : 246 commissions pour distribuer 455 605 cartes d’électeurs

Labé/Présidentielle 2020 : Affluence dans les commissions de distribution des cartes d’électeurs

Guinée : la dispersion d’une réunion de patriarches par la police, diversement appréciée

Bannière