Banniere Guicopres janvier 2019

REGIONS

Après la mise à sac de la mosquée: l'Imam de Faycal appelle les jeunes wahhabits à en finir avec Nanfo

 Haute Guinée
15/7/2020

 



Abandonné à la merci des fondamentalistes religieux, qui ont déjà cerné la Guinée, Nanfo Diaby, kidnappé samedi 11 juillet 2020 et séquestré, a vu, à sa sortie de prison, sa mosquée détruite et les objets volés par les assaillants. Et comme cela ne suffisait pas la plus grande personnalité religieuse Guinée, l'imam de la grande mosquée FAYCAL, Elhadj Mamadou Salifou Camara, justifie les attaques et appelle les jeunes wahhabits de Guinée à en finir avec Nanfo Diaby.

Selon les témoins qui ont assisté à cette horrible scène, ces attaques, aussi rapides que l'éclair, bien organisées, peaufinées toute la semaine d'avant dans plusieurs mosquées de Kankan, rappellent des razzia du sixième siècle à l'introduction de l'islam en Afrique subsaharienne. Les assaillants, rapportent les mêmes sources, criant ''Allah Akbar'' se sont introduits dans la cour de Nanfo, violant ainsi son domicile privé. Alors que certains se mettaient à dérober tout sur leur passage, d'autres envahisseurs s'attelaient à casser et à détruire la mosquée familiale des Diaby, à quelques mètres seulement de la maison familiale. Et tout ceci se déroule dans un pays où les fondateurs avaient pourtant opté pour une république de surcroît laïque.

Ces actes qui se déroulent, qui s’abattent sur ce citoyen, ainsi que sa famille cette année, sont la suite logique d'une décision de la ligue islamique régionale, entérinée par la ligue nationale, le ministère en charge des cultes sous la bienveillance du gouvernement, prise à l'encontre de Nanfo depuis l'année dernière. En effet, après l'avoir raillé sur la liste des imams reconnus, perdant ainsi sa fonction, il a été interdit à ce citoyen de prier dans les mosquées publiques de la région et de participer aux activités religieuses. Du fait qu'en Guinée, aucune activité sociale ne se déroule et ne s'organise en dehors des cérémonies religieuses, Nanfo était privé du coup des droits fondamentaux en Guinée et exclu de la société. Cela n'avait pas suffit pour la ligue islamique nationale. Qui, en recommandant dans les sermons à tous les imams de s'attaquer, lors des prières de vendredi, à la personne de Nanfo Diaby, jetait à la vindicte populaire le pauvre. C'était la rouée dans toutes les mosquées de la Guinée. Du Sud au Nord et d'Est en Ouest, certains imams avaient même souhaité sa mort, d'autres ont incité à la violence, à la lapidation. il y a encore ces pièces à conviction incitant à la haine contre lui sur les sites web où les imams, à la solde de certains pays arabes qui financent des associations wahhabite notamment à Kankan, se montraient publiquement à cœur joie le qualifiant de mécréant, de raté ect. C'est cette année 2020 que le passage à l'acte a commencé suite à son invitation par le préfet de Kankan dans les locaux de la préfecture.

L'appel d'Elhaj Mamadou Salifou Camara, imam de la grande mosquée Faycal de Conakry - une mosquée dont la construction a été financée par l'Arabie Saoudite - à ''mettre sur la corde'' à ''jeter en prison'' Nanfo Diaby, décrétant, de passage, de considérer la famille de l'imam et ses proches comme ''maudits'' a été entendu par les assaillants qui ont mis à sac la mosquée personnelle de Nanfo. Cet appel du premier imam de la plus grande mosquée de Guinée, suivra certainement son exécution les jours qui arrivent parce que selon les informations qui nous parviennent de la région, les assaillants de Kankan n'attendaient que cet appel venant de la plus grande personnalité de l'islam pour passer à l'action et de finir avec Nanfo, sa famille ainsi que ses proches.

Et depuis le début de cette affaire, il y a deux ans, le gouvernement prend ses distances et ne dit rien. Ce mutisme surprend et inquiète. La pratique religieuse notamment l'islam est le domaine le plus laxiste. Où aucun contrôle n'existe et où pourtant, depuis des années, les associations, se réclamant des plus obscurs courants religieux en islam, pilulent et reçoivent des financements les plus obscurs des pays arabes. Tous les ingrédients du terrorisme sont aujourd’hui en Guinée, un pays déjà cerné par les fondamentalistes religieux.

CAMARA Naby Mousaa


 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

N’Zérékoré : heureuse coïncidence pour les victimes de violences faites aux femmes

Viols sur mineures : de nouveaux cas enregistrés à Conakry et Coyah

Reprise des activités commerciales : le maire de N’Zérékoré passe à la vitesse supérieure

Violences électorales à Kankan: Le gouverneur apporte des précisons et rassure les populations

Déclaration du ministère de la citoyenneté et de l'unité nationale: « L’élection est une compétition : OUI AU DÉBAT, NON A L’AFFRONTEMENT »

Opinion: Dépité, l’ancien député Marega nous livre ses dernières éructations (Tibou Kamara)

Présidentielle en Guinée: Alpha Condé en tournée, Cellou Dalein Diallo bloqué

Boké: des accrochages entre manifestants et forces de l'ordre font un mort à Kolaboui

Violences à Kankan : Ousmane Gaoual Diallo demande aux militants de l’UFDG de rester sereins

Dinguiraye/président ielle 2020: La CENI lance les opérations de distribution des cartes d’électeurs

Bannière