Bannière

ACTUALITES

Guinée: Un ancien chef d’état-major général des armées jugé pour des faits de racisme, ethnocentrisme et régionalisme

13/11/2017

  Le procès des tortures commises à la gendarmerie de Hamdallaye (Conakry) en octobre 2010 a démarré ce lundi 13 novembre 2017 devant le tribunal criminel de Dixinn dans la commune du même nom (Conakry) mais à cause de l’absence d’un des accusés, en l’occurrence Sékou Resco Camara, la cause a aussitôt été renvoyée au 12 février 2018.

Dans cette affaire, le Commandant Sékou Resco Camara, gouverneur de la ville de Conakry au moment des faits est accusé avec le Général Nouhou Thiam, chef d’état-major général des armées à l’époque et feu Aboubacar Sidiki Camara, chef de la garde rapprochée du Général Sékouba Konaté, président de la Transition, de faits de racisme, ethnocentrisme et régionalisme commis dans l’exercice de leur fonction.

Pour rappel, le 23 octobre 2010, nous sommes dans l’attente du second tour de la présidentielle remportée plus tard par Alpha Condé. Plusieurs personnes sont arrêtées, détenues et torturées dans la cour de l’escadron de la gendarmerie mobile d’Hamdallaye. Il s’agit principalement de commerçants et artisans travaillant à proximité d’une route où le cortège du Général Sékouba Konaté avait été caillassé.

Interrogé à la barre par le président du tribunal, l’ancien chef d’état-major général des armées, 57 ans, a déclaré qu’il ne reconnaît pas les faits mis à sa charge et s’est dit prêt à être jugé.

A la question de savoir pourquoi l’ancien gouverneur de la ville de Conakry est pour sa part absent à l’audience, le représentant du ministère public est resté sans réponse. A sa place, c’est Maître Sidiki Bérété constitué pour la défense des intérêts de Sékou Resco Camara qui a pris la parole pour informer le président du tribunal que ce dernier se trouve à Paris (France) pour des raisons de santé. Il en a profité pour solliciter du tribunal, le renvoi de l’affaire à trois mois. Le temps pour se client de finir son traitement et rentrer au pays pour prendre part à son procès.

Maître Hamidou Barry de la partie civile n’a trouvé aucune objection à cette demande de l’avocat de la défense. Par contre, jugeant la demande de la défense infondée, le représentant du ministère public s’est dit opposé.

En réponse, la défense dans l’ensemble a fait savoir que le procureur n’a pas raison de s’opposer dans la mesure où la citation à comparaître n’a pas été servie à la personne de l’accusé (Resco) mais notifié à l’avocat.

Kovana SAOUROMOU

 

 
Express TV
Guinée: Le premier ministre Mamdy Youla dévoile l'ossature de son gouvernement à 31 ministères!
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Formation des OSC: Formulation et de suivi-évaluation des projets au centre des débats

Construction de la route Coyah - Farmoreah- Frontière de la Sierra-Leone: Avis de passation de marché

La préfecture de Kindia est en deuil : Le général a tiré sa révérence .

Démarrage du projet Souapiti : la population de la sous- préfecture de Bangouya informée et sensibilisée

Gaoual : commandant Manchon Camara, officier militaire, limogé de ses fonctions de sous-préfet de Koumbia

Guéckedou : Des jeunes affichent leur préoccupation pour le développement de la préfecture

Atelier de concertation : la gouvernance locale au centre des débats

Faits divers à Kérouané: pour avoir subtilisé un bonbon, une mère brûle la paume de son enfant

Kérouané : Manifestation contre la dégradation très poussée des routes d'accès à la préfecture

Contrôle citoyen : le PASOC poursuit son offensif à Siguiri

Bannière