Banniere Guicopres janvier 2019

ACTUALITES

COP24: le Groupe de la Banque Mondiale compte mobiliser 200 milliards $ au cours des 5 prochaines années pour le climat

 Environnement
10/12/2018

 


En marge de la 24e Conférence des Parties sur le Changement Climatique qui se déroule actuellement en Pologne, le Groupe de la Banque Mondiale a annoncé 3 décembre 2018 dernier à son siège à Washington, un plan d’investissement d’une enveloppe de 200 milliards de dollarssur un nouvel ensemble de cibles en faveur de l’action climatique pour la période allant de 2021 à 2025. De source officielle.

Cette enveloppe est composée pour moitié environ de financements directs de la Banque mondiale (BIRD/IDA) et les 100 milliards restants étant constitués de financements directs de la Société Financière Internationale (IFC) et de l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA) ainsi que des fonds privés mobilisés par le Groupe.

Ces nouveaux financements seront garants du caractère systématique des mesures d’adaptation, sachant que la Banque mondiale va mettre au point un système d’évaluation pour suivre les progrès réalisés dans le monde et pousser à l’action. Il s’agira notamment d’améliorer la fiabilité des prévisions, les systèmes d’alerte précoce et les services d’information sur le climat afin d’aider quelque 250 millions d’habitants dans 30 pays en développement à mieux anticiper les risques climatiques. Les investissements attendus contribueront par ailleurs à déployer des systèmes de protection sociale plus réactifs dans 40 pays et à financer des investissements dans une agriculture climato-intelligente dans 20 pays.

Ces nouveaux objectifs sont ancrés dans le Plan d’action sur le changement climatique adopté en 2016 par le Groupe de la Banque mondiale. En 2018, l’institution a accordé 20,5 milliards de dollars de financements climatiques, un montant record qui double les engagements pris un an avant l’accord de Paris et lui permet d’atteindre avec deux ans d’avance l’objectif qu’elle s’était fixé pour 2020.

Le Groupe de la Banque mondiale continuera d’intégrer la question climatique dans toutes ses opérations. Il s’attachera pour cela à examiner chaque projet en fonction de son impact sur le climat et à concevoir des mesures d’atténuation adaptées, mais aussi à indiquer les chiffres bruts et nets d’émissions de gaz à effets de serre et à appliquer à tous ses investissements un prix du carbone virtuel.

Pour renforcer l’impact global à l’échelle des pays, le Groupe de la Banque mondiale soutiendra la prise en compte des enjeux climatiques dans la planification des politiques et la définition des investissements et dans les phases de mise en œuvre et d’évaluation. Il aidera également une vingtaine de pays à appliquer et actualiser leurs contributions nationales et s’engagera davantage aux côtés des ministères des finances pour concevoir et mettre en œuvre des politiques transformatrices reposant sur des mesures à faible intensité de carbone.

Il va considérablement renforcer les mesures de soutien à l’adaptation et à la résilience qui constituent également un changement d’échelle remarquable des ambitions de l’institution, invitant ainsi la Communauté Internationale à faire de même. Permettra également d’aider les pays à engager des mesures ambitieuses pour le climat face aux effets grandissants du changement climatique sur la vie et les moyens de subsistance des populations, surtout les plus démunies.

Durant les 5 ans de son exécution devra considérablement renforcer les mesures d’adaptation et la résilience et les initiatives porteront sur trois secteurs clés notamment l’énergie, les villes et la gestion durable des terres.

Pour l’énergie, il permettra de soutenir à la production, l’intégration et à la construction d’infrastructures d’énergies renouvelables d’une puissance totale de 36GW et, grâce à des mesures d’efficacité énergétique, à la réalisation de 1,5 million de GWh d’économies.

Et enfin dans la gestion durable terres, il permettra d’optimiser la gestion intégrée des paysages dans une cinquantaine de pays pour une superficie atteignant jusqu’à 10 millions d’hectares de forêts. A-t-on indiqué.

Consciente que des millions d’individus dans le monde subissent déjà les conséquences dramatiques de phénomènes climatiques toujours plus violents, l’institution a fait des projets d’adaptation l’une de ses cibles prioritaires. En portant le soutien financier direct aux mesures d’adaptation à près de 50 milliards de dollars par an pour la période 2021-25, le Groupe de la Banque mondiale va, pour la première fois, leur accorder la même importance qu’aux investissements visant à réduire les émissions de gaz à effets de serre.

Dans son allocution la Directrice Générale de la Banque Mondiale, Kristalina Georgieva, dira que le changement climatique a des effets dramatiques sur la survie et les moyens de subsistance des populations. Nous devons combattre les causes du phénomène, mais aussi nous adapter à ses conséquences, qui touchent souvent de manière disproportionnée les plus pauvres.

« C’est la raison pour laquelle la Banque mondiale s’engage à porter ses financements climatiques à 100 milliards de dollars, dont la moitié iront à la construction d’habitations, d’écoles et d’infrastructures plus adaptées et à des investissements dans une agriculture à l’épreuve du climat, une gestion durable des ressources en eau et des filets sociaux adaptatifs. »

Pour le financement par le secteur privé, le Directeur Général d’IFC, Philippe Le Houérou, à son ajouté que ce sont des opportunités d’investissement dans des projets qui contribueront à sauver notre planète et représentent des milliers de milliards de dollars.

« Il nous incombe de mettre au jour ces opportunités et d’aider à les concrétiser en faisant appel à nos instruments de réduction des risques et en attirant des investissements privés. Nous allons redoubler d’efforts pour le financement des énergies renouvelables, les bâtiments économes en énergie, l’agro-industrie climato-intelligente, les transports en ville, l’eau et la gestion des déchets urbains. »

Pour le Président du Groupe de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, il a souligné que ces nouvelles cibles, qui impliquent d’investissent et la mobilisation de 200 milliards de dollars en cinq ans pour combattre le changement climatique, démontrent le sérieux avec lequel nous prenons cet enjeu.

« Le changement climatique menace la survie des populations les plus pauvres et les plus vulnérables du monde. Nous nous obligeons à faire plus et plus vite sur le front du climat et appelons la communauté internationale à suivre notre exemple. Il s’agit de donner aux pays et à leurs habitants les moyens de construire un avenir moins menaçant et moins exposé aux effets du changement climatique. » A-t-il insisté.

Aboubacar Kaba Touré pour www.lexpressguinee.com

 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Procès des militants du FNDC à Nzérékoré : mi-figue, mi-raisin, la défense promet d’interjeter appel

N'zérékoré : des opposants au projet de réforme constitutionnelle dans la ligne de mire des autorités locales

Boké: Vaccination contre la fièvre aphteuse, 871 animaux tués

Kindia: Alpha Condé lance les travaux des infrastructures pour la fête tournante de l'indépendance

Kindia : une manifestation d’opposants interdite par le maire

Education : des heurts entre élèves et enseignants font des blessés à Kankan et Kindia

Guinée: des orpailleurs Burkinabés en justice suite à une plainte d’une association d’orpailleurs locaux

Guinée: Liberté provisoire pour le journaliste Lansana Camara

Marche de la colère contre la détention du journaliste Lansana Camara : Déclaration des associations de presse

Kissidougou : les assassins de Koly Soua Kolié et Mamadi Kallo sanctionnés à la hauteur de leur forfaiture

Bannière