Banniere Guicopres janvier 2019

ACTUALITES

Création d'entreprises individuelles: Un expert de l'APIP échange avec la Diaspora de Belgique !

 Economie
24/4/2019

 



Le 20 avril 2019 à Anderlecht, Rue Eloy, dans la capitale belge, la Diaspora guinéenne (de Belgique et de l'Allemagne) est massivement venue pour écouter et échanger avec Alpha BARRY, expert à l'Agence pour la promotion des investissement privés APIP, qui animait une conférence sur le Synergui, le nouveau système d'enregistrement des entreprises en Guinée.

Outre de nombreux compatriotes, cette rencontre - présidée par le Dr SYLLA Ousmane, ambassadeur de Guinée auprès de BENELUX et de l'union européenne - a connu la présence du personnel diplomatique, des sages, des présidents des Hauts Conseils de la Diaspora Belge et Allemande et ceux des quatre coordinations.

Tout d'abord, le Dr SYLLA Ousmane, l'ambassadeur de Guinée, a remercié l'assistance pour cette mobilisation autour des questions économiques de la Guinée, avant de rappeler la bonne santé de la coopération entre le royaume de Belgique et la république de Guinée:

" Depuis que nous sommes là, nous avons conduit six missions économiques de la Belgique en Guinée qui ont été très fructueuses. On compte aujourd’hui 60 compagnies belges évoluant en Guinée. Notre pays a été choisi comme l'un des quatorze pays les plus favorisés dans le cadre de la convention de coopération avec la Belgique qui a ouvert, en effet, une ambassade à Conakry. Au total, le gouvernement fédéral belge a offert à la Guinée plus de 54 millions d'euros dans le cadre de cette coopération, qui seront utiliser dans les secteurs de l'Agriculture, de l'Energie, de la création d'emplois pour les femmes, les jeunes sur l'axe Conakry, Kindia et Mamou. Dans le cadre de la Décentralisation, les trois régions de Belgique ( Wallonie, Bruxelles et la Flandre) ont décidé aussi de coopérer avec la Guinée à travers une convention signée au mois de décembre dernier entre ces trois régions et la Guinée...''

Une autre enveloppe de 45 millions d'euros, selon le diplomate guinéen, va êtres débloquée par ces trois régions pour les secteurs de la santé, de l'agriculture, de l'éducation et de la culture. L'Ambassadeur, qui est revenu sur l'apport de la Belgique en matériels et en ressources humaines pour la lutte contre l’épidémie ébola en Guinée, s'est réjouit de l'état de santé de la coopération bi et multilatérale entre ces deux pays. Après avoir invité les Guinéens vivant en Belgique à venir se recenser à l'ambassade, le Dr SYLLA a annoncé la création par l'ambassade d'un site web, des comptes Facebook et Tweeter, d'un Portail pour rendre compte des activités de la Diaspora et de celles de l'ambassade.

Le gouvernement guinéen, a t-il annoncé par ailleurs, avec l'aide de la Banque Mondiale entend lancer un projet d'identification individuelle de tous ressortissants guinéens pour le compte de la CEDEAO. La Guinée et la Côte d'Ivoire ont été choisis comme pays pilotes afin d'élaborer un système pouvant identifier un à un tous ceux qui habitent sur le territoire guinéen ainsi que toute la diaspora guinéenne à travers le monde. Ce projet de 50 millions de dollars, dit-il, logé à la Primature, permettra à chacun d'avoir un numéro d’identification unique avec prises d'empruntes comme le font certains pays comme la Belgique avant de délivrer la carte d'identité. Les promoteurs ont décidé de recruter au sein de la diaspora guinéenne des informaticiens mais aussi des ingénieurs pour l'opérationnalisation de ce projet sous régional.

A la suite de l'Ambassadeur, le conférencier M. BARRY Alpha, expert de l'APIP-Guinée, qui fera une communication sur les enjeux de la ''création d'entreprises individuelles en Guinée'', a évoqué le climat des affaires en GUINÉE. Avec une population estimée à 13 millions d'habitants, la Guinée a un PIB estimé à plus de 9 milliards de dollars par an. Concernant la répartition du PIB par secteur depuis 2016, qui n'a pas changée ces dernières années, c'est toujours le secteur du commerce qui occupe une bonne place et la partie haute le secteur informel, que le pays tente d'inverser la tendance.

Concernant les investissements directs étrangers, une bonne partie est orientée dans le secteur minier qui a connu en 2017, selon le conférencier, ''plus d'un milliard de dollars d'investissement, une bonne partie venant des entreprises chinoises, Belges, Allemandes, américaines...'' Le conférencier a mis un accent particulier sur les opportunités d'investissement en Guinée ( dont la population d'ici 2030 va doublée) dans l'Agro-industrie, l'agriculture et tout ce qui est service.

''Lorsque vous faites du business en Guinée, avec les accords cadres que nous avons avec la Cedeoa, l'investisseur a droit de transporter ses marchandises avec les six pays frontaliers. Donc c'est un marché de plus de 13 millions pour la Guinée et 340 millions d'habitants pour les pays membres de la CEDEAO...'' dixit M BARRY avant d'ajouter que ''le cadre institutionnel qui est mis en place en Guinée aujourd’hui, c'est pour faciliter l'investissement. L'APIP a été crée pour accompagner les investisseurs, un comité de pilotage avec la Banque mondiale a été mis en place pour essayer de mener toutes les reformes dans le cadre du climat des affaires, l'autorité de réglementation des marchés publics, un cadre de dialogue Public-privé ont aussi été mis en place pour échanger et voir comment faire évoluer ou de minimiser les problèmes qui existent entre eux...''

M BARRY Alpha, a évoqué le nouveau Code minier disponible depuis 2013 et qui attire les investisseurs. Sachant que le pays, chaque année reçoit plus de deux milliards de dollars d'investissements dans le secteur minier, l’importance de la mise en place de ce nouveau Code n'est plus à démontrer, estime t-il.

Parlant des investissements, M. BARRY a rappelé que le pays est divisé en deux zones économiques : Conakry et Basse Côte englobent la première zone et le reste de la Guinée, la deuxième. Les avantages douaniers fiscaux, des exonérations de taxes et impôts que pourraient bénéficier un investisseur seront en fonction de l'emplacement de ces deux zones, note le conférencier.

Concernant les échanges commerciaux que la Guinée fait avec le reste du pays, les partenaires à l'exportation et à l'importation, M BARRY a indiqué qu' une bonne partie des produits qui entrent en Guinée vienne de la Chine, un peu plus de 32 %, la Hollande est assez présente et la Belgique à hauteur de 4%. ''A ce niveau, depuis 2001- 2012, des échanges commerciaux entre la Belgique et la Guinée s’élevaient à 50 millions de dollars. Ces échanges ont régressé en 2014 à cause de la pandémie Ebola et aujourd’hui grâce à toutes les missions économiques, à l'engouement et surtout la détermination de l'Ambassadeur et son équipe, qui ont mis une véritable politique de diplomatie économique, nous sommes aujourd'hui en 2018 à près de 240 millions de dollars d'échanges commerciaux entre la Belgique et la Guinée. Ces échanges qui ont presque triplés entre 2012 et 2018. 71, 5 % des importations en Guinée, que la Belgique envoi vers la Guinée sont du matériel des équipements logistiques et transports. A l'inverse la Guinée exporte vers la Belgique, le diamant, l'or.''

Le conférence à cité les secteurs stratégiques au niveau des opportunités d'affaires que sont notamment l'Energie, l'infrastructure, les Mines, les services, les technologie de l'information et de communications et l'agriculture. Avec 6,2 millions d’hectares de terre cultivables, moins de 25% de ces terres sont effectivement utilisées et l’objectif du gouvernement c'est d'atteindre en 2020 l'autosuffisance alimentaire en suite sécuriser cette autosuffisance. Tous les produits, a affirmé le conférencier, qui sont consommés en Guinée peuvent être produits localement. Ce sont notamment le riz, la banane, l'ananas.

Concernant l'Energie, la Guinée a un potentiel de 6000 Mégawatt. Et aujourd’hui grâce au barrage de Kaleta avec ses 240 et Souapiti, qui entrera en fonction en fin de cette année, la Guinée peut résorber le déficit énergétique en tout cas pour Conakry et la Basse côte. Au niveau des infrastructures, l'accord cadre avec la Chine de 20 milliards commence à avoir ses effets au niveau des infrastructures routières, a t-il noté.

Des structures de financements mondiales, le conférencier a cité notamment des agences belges qui sont notamment Enabel, Sofinex, Alterfin, Invest vers lesquelles la diaspora guinéenne, privilégiée, peut trouver des financements. Il a parlé de l'APIP et ses Départements qui sont prêtes à accompagner les investisseurs privés, l'objectif étant l'emplois et une croissance inclusive et durable.

De la création d’entreprises individuelles pour les guinéens de l'étranger, l'expert de l'APIP, qui dit avoir formé quatre cadres de l'ambassade sur ce processus, a parlé des étapes, la liste des documents à fournir auprès de l'ambassade et des frais de 80 euro liés à la création. '' Au niveau du code des investissements, tous ceux qui investissent en Guinée pour un montant supérieur ou égal à 20 milles euros, peuvent bénéficier des avantages du Code des investissements. Ceux qui vont investir dans les Mines ( sous-traitantes minières) , le Transport, l'agriculture peuvent bénéficier des avantages douaniers fiscaux jusqu'à trois ans. Et pour bénéficier de ces avantages, il faut un business-plan et remplir les conditions qui restent les 20 000 euro et la création de cinq emplois permanents en Guinée..."

A la suite de l'intervention, le conférencier a répondu plusieurs questions et les débats ont été fructueux : ''Nous sortons de cette rencontre très informés et les opportunités d'investissements sont nombreux pour que je me lance pour investir en Guinée...'' nous a expliqué un participant qui entend s'engager dans l'agro-industrielle.

A Bruxelles CAMARA Naby Moussa pour www.lexpressguinee.com


 





 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Procès des militants du FNDC à Nzérékoré : mi-figue, mi-raisin, la défense promet d’interjeter appel

N'zérékoré : des opposants au projet de réforme constitutionnelle dans la ligne de mire des autorités locales

Boké: Vaccination contre la fièvre aphteuse, 871 animaux tués

Kindia: Alpha Condé lance les travaux des infrastructures pour la fête tournante de l'indépendance

Kindia : une manifestation d’opposants interdite par le maire

Education : des heurts entre élèves et enseignants font des blessés à Kankan et Kindia

Guinée: des orpailleurs Burkinabés en justice suite à une plainte d’une association d’orpailleurs locaux

Guinée: Liberté provisoire pour le journaliste Lansana Camara

Marche de la colère contre la détention du journaliste Lansana Camara : Déclaration des associations de presse

Kissidougou : les assassins de Koly Soua Kolié et Mamadi Kallo sanctionnés à la hauteur de leur forfaiture

Bannière