Bannière

ACTUALITES

Suicide à Coyah: Très affecté par le départ de sa femme, un homme se donne la mort

 Faits divers
5/9/2016

 



Le corps sans vie d’un homme a été découvert en début de week-end dernier, à Kountia, préfecture de Coyah, à une cinquantaine de kilomètres, à l’est de Conakry. Enseignant de son état, l’homme d’une cinquantaine d’années, se serait pendu par suite de déception.


D’après le témoignage de Madame Guilavogui, voisine du défunt, « depuis que sa femme l’a quitté avec ses enfants, il ne fait que boire de l’alcool ».


« Il sort tôt et rentre tard la nuit. Même en cette période des vacances, c’est ce qu’il faisait. Et quand il rentre dans cet état d’ébriété avancée, il ne fait qu’insulter et crier Il empêche tous les voisins de dormir. Tout le monde en avait mare.


Le mercredi 31 Août, il est rentré encore ivre. Comme d’habitude, il a commencé à tempêter. Le jeudi matin, avant d’aller au travail, mon mari a voulu lui dire d’arrêter ce tapage nocturne, il est rentré s’enfermer encore. Jusqu’au vendredi matin, nous ne l’avons pas vu.


A mon retour du marché, dans la journée de ce vendredi, je me suis renseigné au près des voisins. Ils m’ont dit qu’ils ne l’ont vu que pendant la nuit, sortir et rentrer. Ensemble, nous avons décidé de voir ce qui ne va pas chez lui. Nous avons frappé en vain, à sa porte pour qu’il l’ouvre.


De plus en inquiets, nous avons défoncé sa fenêtre. De là, nous avons aperçu ses pieds. Nous l’avons appelé encore, en vain. Je suis allé voir sa femme pour venir ouvrir la porte. Elle m’a dit que son enfant qui a la clé est parti à l’école. Je lui ai dit d’aller le chercher. Ce qu’elle a fait.


Arrivés, nous avons tenté d’ouvrir mais nous avons vu qu’il avait mis aussi le crochet. Sur instruction des autorités, une partie du mur a été démolie. La porte s’est ouverte. Malheureusement, quand nous sommes rentrés, nous l’avons trouvé mort, pendu. », a-t-elle expliqué.


D’après d’autres témoignages, la perte de sa femme avait rendu l’enseignant un peu dingue. Il lui arrivait d’appeler au secours, qu’il est poursuivi par des gens qui veulent le tuer. Mais quand les gens viennent, ils ne trouvent personne.


En début de décomposition, le corps de Monsieur Pévé, c’est son nom, ne pouvait plus être gardé. Il a été enterré le même jour, dans la soirée.


Kovana Saouromou



 

 
Express TV
Guinée: Le premier ministre Mamdy Youla dévoile l'ossature de son gouvernement à 31 ministères!
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Formation des OSC: Formulation et de suivi-évaluation des projets au centre des débats

Construction de la route Coyah - Farmoreah- Frontière de la Sierra-Leone: Avis de passation de marché

La préfecture de Kindia est en deuil : Le général a tiré sa révérence .

Démarrage du projet Souapiti : la population de la sous- préfecture de Bangouya informée et sensibilisée

Gaoual : commandant Manchon Camara, officier militaire, limogé de ses fonctions de sous-préfet de Koumbia

Guéckedou : Des jeunes affichent leur préoccupation pour le développement de la préfecture

Atelier de concertation : la gouvernance locale au centre des débats

Faits divers à Kérouané: pour avoir subtilisé un bonbon, une mère brûle la paume de son enfant

Kérouané : Manifestation contre la dégradation très poussée des routes d'accès à la préfecture

Contrôle citoyen : le PASOC poursuit son offensif à Siguiri

Bannière