CONAKRY

Manifestations d’élèves: Le Ministre de l’Education demande au Gouverneur de prendre ses responsabilités

17/11/2017

 



La circulation a été perturbée et les commerces restés fermés à plusieurs endroits de Conakry pour la seconde journée consécutive, le jeudi 16 novembre 2017, suite à des manifestations d’élèves qui protestaient contre le manque d’enseignants dans les classes.


A Koloma dans la commune de Ratoma, des affrontements ont opposé des élèves des écoles publiques à ceux des écoles privées. Les premiers ont attaqué les autres tout simplement parce qu’ils ont mal à voir ceux-ci suivre les cours pendant qu’eux, ils sont sans enseignants.


Les mêmes scènes de violences qui ont nécessité l’intervention des forces de l’ordre, ont été constatées à Coléyah dans la commune de Matam, à Yimbaya dans la commune de Matoto, à Cosa et à Sonfonia dans la commune de Ratoma. Pour ne citer que ceux-là.


Face à cette flambée de violence, le ministre de l’Education nationale, Ibrahima Kalil Konaté a réuni autour du gouverneur de Conakry, tous les responsables locaux. Au cours de cette réunion, les responsables locaux ont été informés de l’illégalité des manifestations en cours.


Selon le ministre, les attaques contre les écoles et autres troubles à l’ordre public, sont l’œuvre de pseudos syndicalistes qui se battent pour leurs propres intérêts. En conséquence, il a demandé aux responsables locaux d’intimer aux enfants de ne pas suivre ces derniers.


Le ministre de l’Education a également demandé au gouverneur Mathurin Bangoura, en sa qualité de président du conseil de ville, de réquisitionner la force publique pour le maintien de l’ordre dans la cité et principalement au tour des concessions scolaires victimes d’attaques.


Pour rappel, l’absence d’enseignants dans les classes est consécutive au mot d’ordre de grève lancé le lundi 13 novembre par le syndicat libre des enseignants de Guinée (SLEG) pour dénoncer la suspension de plusieurs cadres de l’éducation, suspension qu’il juge injuste, et le retard dans l’application du protocole d’accord du 16 février dernier.


A noter par contre que l’USTG (union syndicale des travailleurs de Guinée), la centrale syndicale à laquelle est affilié le SLEG juge illégale ce mot d‘ordre de grève. Comme le gouvernement, elle appelle les enseignants à ne pas l’observer.


Kovana SAOUROMOU

 

 
Express TV
Guinée: Le premier ministre Mamdy Youla dévoile l'ossature de son gouvernement à 31 ministères!
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Dubréka : quand l’Etat fout le camp

Mamou: Le Président Condé inaugure la MUFFA et la MC2

Journées de l’élevage à Labé: Les ambitions du Président Alpha Condé pour le secteur

Labé: Un accueil chaleureux réservé au Président Alpha Condé

Dubréka : des femmes dans la rue pour réclamer l’eau et l’électricité

Fria: Le Président Alpha Condé relance les activités de production de l’Usine

Labé: Le procureur dans de sales draps

Guinée : une épidémie de fièvre aphteuse inquiète des paysans

Transports-Guinée : Les quatre ponts de Tanènè remis en état

Communales 2018 : le vainqueur de la commune de Boffa commence à perdre patience

Bannière