Bannière

Actualités Africaines et Internationales

Afrique : Soutien des États membres de l'Union africaine pour le projet de statuts de la Commission africaine de l'audiovisuelle et du cinéma (AACC)

 Afrique
20/9/2017

 

La commission africaine de l'audiovisuelle et du cinéma (CAAC) sera chargée de promouvoir l'industrie du cinéma et de l'audiovisuelle en Afrique.

L'industrie du cinéma et de l'audiovisuelle représente 5 milliards de $ É-U dans le PIB du continent.

Les ministres de la jeunesse, de la culture et du sport de la réunion des États membres de l'Union africaine à Nairobi ont approuvé le projet de statut de la Commission africaine de l'audiovisuel et du cinéma (AACC) lors de la session extraordinaire du Comité technique spécialisé sur la jeunesse, la culture et le sport (STC- YCS2). L'AACC a été créée en juin 2016 à Addis-Abeba en Ethiopie en tant qu'institution spécialisée de l'Union africaine. Les ministres ont également approuvé la création du Secrétariat temporaire de l'AACC à Nairobi, au Kenya.

L'établissement et l'approbation des statuts sont le résultat d'efforts concertés menés par le Gouvernement de la République du Kenya, la Fédération pan-africaine des cinéastes (FEPACI) (www.FEPACISecretariat.org) actuellement hébergée par le Gouvernement kényan, la Commission de l'Union africaine (CUA) et les principaux pays producteurs de films, dont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo, l'Éthiopie, le Ghana, le Mali, le Nigeria, l'Afrique du Sud et le Zimbabwe, entre autres. La création de l'AACC a initialement été suggérée par le Conseil exécutif de l'UA à Maputo, au Mozambique, en 2003.

La Commission Africaine de l'Audiovisuel et du Cinéma (AACC) sera responsable de promotion du développement rapide de l'industrie audiovisuelle et cinématographique en Afrique et encouragera la création de structures appropriées aux niveaux national, régional et continental; renforcera la coopération entre les États africains dans le domaine de l'audiovisuel et du cinéma; et fera la promotion de l'utilisation des expressions audiovisuelles et cinématographiques comme facteurs de création d'emplois, d'intégration, de solidarité, de respect des valeurs et de compréhension mutuelle pour favoriser la paix, une image positive de l'Afrique et prévenir les conflits.

L'industrie de l'audiovisuel et du cinéma représente 5 milliards $ E-U dans le PIB continental, employant environ 5 millions de personnes. Avec la poussée actuelle pour son développement, cette industrie devrait atteindre plus de 20 millions d'emplois et une contribution annuelle de 20 milliards $ E-U.

L'AACC fait partie d'un écosystème de 4 programmes qui mobilise 410 millions $ E-U en fonds de programme pour la promotion de cette industrie au cours des cinq prochaines années. Ces ressources seront générées à la fois par le secteur privé et le secteur public et seront mises en œuvre principalement par le secteur privé.

Les gouvernements nationaux et les communautés économiques régionales (CER) auront la responsabilité d'intégrer les activités sectorielles de l'industrie audiovisuelle et cinématographique dans leurs stratégies de priorité économique et sociale afin de donner les bons signaux pour la mobilisation des ressources.

Avantages attendus pour les pays africains :

Cet effort renouvelé aura les avantages suivants :

Accroître le secteur de 5 à 20 millions d'emplois à moyen terme ;

Augmenter le secteur de 5 à 20 milliards $ E-U de contribution annuelle au PIB, à moyen terme ;

Une industrie audiovisuelle et cinématographique robuste capable de projeter une image positive de l'Afrique ;

Faciliter la réalisation de l'Agenda 2063, l'Afrique que nous voulons, et être une bonne base pour l'exportation des produits et services de films africains vers des publics et des clients internationaux ;

Améliorer la capacité du continent à atteindre ses objectifs en matière de politique étrangère en particulier la consolidation de la paix, l'intégration et le Panafricanisme.

La réunion a également pris note de la proposition de la FEPACI sur les Centres d'excellence régionaux en production cinématographique et postproduction pour la promotion et le développement du secteur de l'audiovisuel et du cinéma en Afrique. Les membres ont été invités à soutenir la création de ces centres à travers le continent pour améliorer la production de films de qualité supérieure.

Il a également pris note de l'initiative de la FEPACI et de l'AUC de développer des expressions cinématographiques sur l'Agenda 2063 de l'Union africaine qui engloberont tous les acteurs de la production cinématographique. Cela permettra également une meilleure domestication et popularisation de l'Agenda 2063 de l'UA.

Distribué par APO pour Pan African Federation of Filmmakers (FEPACI).


 

 
Express TV
Guinée: Le premier ministre Mamdy Youla dévoile l'ossature de son gouvernement à 31 ministères!
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Transports-Guinée : Les quatre ponts de Tanènè remis en état

Communales 2018 : le vainqueur de la commune de Boffa commence à perdre patience

Dubréka : des élèves dans la rue pour dénoncer la multiplication des accidents de routes

Guinée : Des juristes dénoncent l’arrestation d’un syndicaliste accusé de « tentative de trouble… »

Violences survenues à Kourémali : le ministre Guinéen de l’Administration du Territoire se montre rassurant

Boké : Un syndicaliste arrêté et conduit à Conakry, des travailleurs menacent de marcher pacifiquement !

Labé : Un lycéen de 19 ans meurt noyé dans les eaux des chutes de la Saala

Guinée-Santé : 22 véhicules et 55 motos pour les ERARE

Guinée : Plus de 300 cours d’eau disparus sous l’effet de la dégradation de l’environnement à Siguiri

Mandiana: Des manifestants exigeant la construction du pont sur le fleuve Sankarani !

Bannière