Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA

« Nous assumons notre choix, nous garderons notre indépendance et notre autonomie.», S/E du CNOSCG

 Politique
4/10/2012

 

Comme annoncer dans notre précédent papier, la polémique suscitée par la désignation de Bakary Fofana, membre du bureau exécutif du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne, en qualité de représentant de la société civile à la nouvelle Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) n’a pas laissé indifférents les membres cette organisation non gouvernementale. Parmi ceux-ci, M Aziz Diop, le Secrétaire Exécutif qui, dans cette interview remet les pendules à l’heure. Voici en exclusivité l’interview qu’il a bien voulu nous accordés pour apporter des précisions sur la légitimité du choix porté sur la personne de M. Bakary Fofana.

www.lexpressguinee.com
: Bonjour MAziz Diop, vous êtes Secrétaire Exécutif de la Société Civile Guinéenne, peut-on savoir si la désignation de M Bakary Fofana par la société civile à CENI a répondu aux critères légaux ?

M. Aziz Diop : La désignation de Bakary Fofana s'est opérée dans des conditions objectives. Avant même de recevoir les candidatures, nous avons énuméré plusieurs critères objectifs, les discuté et validé douze des plus fondamentaux. Notamment la compétence avérée dans le domaine lié au processus électoral; avoir au minimum 7 ans d'expérience dans l'organisation des élections; la probité morale; leadership et management; Ouverture d'esprit et partage; relation et confiance avec bailleurs; légitimités et militantisme avéré au sen du mouvement social; meilleure connaissance de l'environnement national et international; être membre du bureau exécutif, des démembrements et des réseaux affiliés, Engagement et sen de responsabilités, capacités de mobilisation des ressources techniques et financières et enfin l'esprit de consensus et d'initiatives. Donc c'est un bon choix de la société civile. Il correspond parfaitement au profil. Il a par ailleurs la personnalité pour diriger la future CENI et réussir sa mission.

Si oui, comment et pourquoi cette désignation se soulève des contestations ?

Je vous réponds que oui, et devant tout le monde en plénière, ces critères ont été élaborés collectivement et un consensus s'est dégagé pour designer Bakary Fofana. Je vous rappelle qu'il y avait trois candidats officiellement déclarés, notamment Bory Diallo, Taran Diallo (il faut préciser qu'il n' y avait aucune trace écrite de ce dernier, malgré tout nous avons entériné sa candidature à son absence) et Bakary Fofana. Moi, je suis pour le respect des textes et de nos principes. Ceux qui portent ces contestations ne sont que des lampistes, les commanditaires sont ailleurs. Nous assumons notre choix et nous garderons notre indépendance et notre autonomie. Quelque soit le chantage des uns et des autres, ce choix reste irréversible, ça y va de la crédibilité de notre organisation. Si vous observez bien d'où viennent ces contestations, vous vous ferez une idée de leur positionnement subjectif.

Le Conseil Régional des Organisations de la Société Civile (CROSC) de Labé a fustigé cet acte qu’il qualifie ‘’d’illégal et de non consensuel’’. En quoi n’est-il pas légal et non consensuel ?

Je veux qu'ils nous expliquent en quoi cet acte est illégal. Je ne souhaite pas polémiquer avec qui que ce soit. Le Président du CROSC de Labé était dans la salle, il n'a pas émis des réserves. C'est quelques jours après qu'il conteste le choix du CNOSCG. On peut se demander ils sont au service de qui? Pour moi, ils sont manipulés par les politiciens.

A Labé, on évoque son statut d’ancien ministre de la transition. Ce statut empêche t-il sa désignation ?

Ceux qui évoquent son statut d'ancien Ministre étaient là en face de Bakary, avec d'autres anciens Ministres, ils n'ont pas osé ou voulu retenir ce type de critère. A partir du moment que ce critère n'a pas été discuté, rien ne l'empêchait d'être désigné comme représentant de la société civile à la future CENI.

Est-ce qu’il y a eu interférence des politiques dans sa désignation ou bien il est victime de la connotation de nom ?

C'est très dangereux ce qui se passe chez nous, quelque que soit votre compétence, votre expertise, le nom est devenu un délit et il est instrumentalisé comme tel. Nous ne voulons pas basculer dans cette stratégie pernicieuse pour opposer telle ethnie telle autre, qui est le nid des politiciens et qui les profite bien. C'est pourquoi nous appelons au sens de responsabilité et de hauteur d'esprit de tous nos membres.

Après la crise politique s’achemine t-on vers une crise provoquée par la société civile empêchant ainsi la ténue des législatives qui continuent à diviser les guinéens ?

Ecoutez, certains ont intérêt à ce qu'on ne parachève pas ce processus transitoire parce que tout simplement ils ne sont au pouvoir. De facto, ils prédisent l'apocalypse pour ce pays. Il faut avoir pitié des citoyens guinéens qui tirent le diable par la queue et renforcer notre unité nationale par le dialogue. Mais hélas... La société civile est infiltrée par les politiques.

En définitive, pouvez rassurer les guinéens de la légitimité du choix de M. Bakary Fonafa ?

Jusqu'à nouvel ordre, qui sera décidé par le bureau national en plénière, Bakary Fofana est et reste le choix de la société civile guinéenne. Aucune autre influence extérieure n'est derrière ça.

Si Bakary Fofana n’est pas admis à représenter la société civile y a-t-il un espoir de parvenir à un consensus sur votre représentant à la nouvelle CENI ?

Pour l'heure, nous ne sommes dans cette option de "Si". Nous devons assumer notre décision à nous tous jusqu'au bout et nous respecterons ce choix.

Merci M. Aziz Diop.

C’est moi qui vous remercie pour l’opportunité que vous m’offrez.

Interview réalisée par SACKO Mamadou
www.lexpressguinee.com

 

 
Express TV
Guinée: Le premier ministre Mamdy Youla dévoile l'ossature de son gouvernement à 31 ministères!
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Mandiana à feu et à sang : des jeunes en colère dénoncent les « fausses promesses » du Professeur Alpha Condé

Dubréka : quand l’Etat fout le camp

Mamou: Le Président Condé inaugure la MUFFA et la MC2

Journées de l’élevage à Labé: Les ambitions du Président Alpha Condé pour le secteur

Labé: Un accueil chaleureux réservé au Président Alpha Condé

Dubréka : des femmes dans la rue pour réclamer l’eau et l’électricité

Fria: Le Président Alpha Condé relance les activités de production de l’Usine

Labé: Le procureur dans de sales draps

Guinée : une épidémie de fièvre aphteuse inquiète des paysans

Transports-Guinée : Les quatre ponts de Tanènè remis en état

Bannière