Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA

Antonio Souraé, Président du HAC : « Quand je signe un contrat avec un entraîneur, les résultats doivent suivre »

16/7/2013

 

Quelques jours seulement après le match difficile de son équipe en championnat face à l'Ashanti de Siguiri, nous avons rencontré le président du Horoya de Conakry, M. Antonio Souaré. Avec lui, nous avons parlé de son équipe (Horoya) et son académie avec ses projets, du championnat national, de sa cooptation à la CAF , du Syli local et du football en général. Lisez !

Monsieur le président nous sommes à quelques jours d'une défaite décisive dans la course pour le titre, des rumeurs circulent que la tête de Kanfory Lappé est en jeu. Quand est-il réellement?
M. Antonio Souaré:
Tout grand club connaît toujours un accident de parcours dans le championnat ou en ligue des champions. Le grand Barça a été éliminé avec Messi; le PSG aussi a perdu contre les équipes supposées faibles en France comme Sochaux. Dans notre cas précis, la vie du club ne s'arrête pas là. Nous sommes un grand club qui a un projet sportif. Il y a eu 12 points à prendre. le championnat n'est pas fini. Il y a notre confrontation directe avec le Satellite qui reste. Bon c'est vrai qu'il y a eu des erreurs et on a réussi à les corriger au lendemain de cette défaite de 15 heures à 21 heures. J'ai toujours fait comprendre aux gens que tous les matches sont importants et ils sont à 3 points surtout dans un championnat où il y a 12 à 14 équipes. Je reconnais qu'il y a un parcours professionnel. Très sincèrement c'est une défaite qui ne détermine pas la vie de notre club. Je pense en toute honnêteté qu'il faut savoir gérer les défaites.

Pour le cas précis du Horoya, il y a eu d'énormes investissements et on ne comprend la vie du groupe. Est-ce que votre patience n'arrive pas à bout?
Je vous dis que de 15 h à 21 heures nous avons discuté sur la vie du groupe. Nous avons parlé des investissements et je puis vous dire que je ne pense pas, à ce niveau, s'il y a un club qui a investi comme nous cette saison. J'ai un projet sportif sur quatre ans sinon il y a un bon groupe, mais justement il y a quelque chose qui ne va dans sa gestion. Et si vous avez constaté je me suis mêlé pour la première fois dans la gestion de cet effectif. On a payé cher les joueurs qui sont les meilleurs à leur poste. D'après les joueurs, beaucoup ne jouent pas à leurs postes. Il y a beaucoup de dysfonctionnements. Et je pense que cela est anormal. Nous, nous ne sommes pas un petit club. Nous sommes des clubs à résultats immédiats. Si vous investissez, les résultats doivent suivre immédiatement. Il y a d'autres investissements qui attendent, mais il faut que sur les premiers les résultats suivent sur le champ. Hier chacun a reconnu son erreur et je vous assure que cela ne se reflète pas sur la vie de l'entraîneur.

Il reste quatre matches à Lappé Bangoura et c'est à lui de saisir sa chance et de prouver qu'il vous accompagne dans ce projet?
Vous savez il faut être clair. Moi je suis un manager. Je gère mon club comme je gère ma société. Je suis obligé de suivre tout ce qui se passe au sein de mon club. Quand je signe un contrat avec un entraîneur, les résultats doivent suivre. Cela ne veut pas dire qu'il reste à Lappé quatre matches puisqu'il y a le championnat qui n'est pas fini et il reste aussi la coupe nationale. Le bilan du championnat c'est au mois d'août et on attend.

L'attractivité du Horoya est que sur la liste du Syli il y a 7 de vos joueurs. Vous avez un projet sportif est-ce que dans le futur on pourrait voir un expatrié sur le banc de touche de votre club pour booster votre projet?
Vous savez dans le monde du football d'aujourd'hui, tout va vite. Et quand les gens parlent de football il faut réfléchir, c'est scientifique. Et c'est basé sur le projet et si voulez sur le travail. Il faut que les gens comprennent que le football se joue avant le terrain. Donc, tout se prépare. Et les moyens qu'on met avant le terrain c'est ce qui donne le résultat. Si le cas contraire se produit c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Je puis vous dire que j'ai le meilleur effectif indiscutablement poste par poste en championnat, puisqu'il n'est pas facile d'avoir 60 joueurs que vous logez, nourrissez et prenez en charge, dans cet effectif il y a des internationaux confirmés locaux comme Abdoul Aziz Keita, gardien du Syli; J'ai Mohamed Camara "Yali-Yali", un joueur confirmé; J'ai le meilleur défenseur central Fodé Camara "Kuffour"; J'ai des jeunes prometteurs dont Kennedy Keita et Naby Laye Keita qui doivent répartir en septembre en France dans leur club et des étrangers comme Lingani Joel, meilleur joueur du Burkina Faso; J'ai Dipita Ebélé qui a été deux fois meilleur buteur du championnat camerounais et plein d'autres jeunes au sein de l'équipe A du Horoya et du centre de formation. Il manque de l'expérience à beaucoup d'entre eux.

Est-ce que vous confirmez qu'il vous manque un maître d'orchestre pour mettre tout ça dans le concret?
La gestion du club est très difficile. Ce n'est pas du bruit. Je connais le football, c'est mon métier. Pour que la mayonnaise prenne il faut du travail et du temps. Je vais vous donner un exemple : le garçon Thomas Kourouma que j'ai ramené d'Europe. Il a joué six fois la Ligue des champions dans son club et a toujours été titulaire. S'il joue en dent de scie au Horoya ce n'est pas normal. Et ce sont des choses qu'on a réglé.

Vous avez plein de projets, vous voulez jouer la ligue des champions. Au cas où les résultats ne seront pas atteints est-ce que Kanfory Lappé Bangoura sera débarqué de son poste d'entraîneur?
Pourquoi vous insistez trop sur l'affaire Lappé…

Puisqu'il y a un nom qui circule pour le remplacer et qui est pour le moment à côté...
Moi je n'ai pas entendu ce nom. En toute vérité si je voulais cela depuis l'année dernière j'aurai pu le faire. De par mes relations, de par mon carnet d'adresses j'ai des entraîneurs européens confirmés. Vous savez je suis dans le monde du football. Et ces entraîneurs ont joué en Afrique, ils ont été entraîneurs de clubs et d'équipes nationales sur le continent et en Europe qui m'ont envoyé leurs CV et leurs diplômes, et qui courent derrière moi. Il y en a même qui voulaient travailler avec moi depuis 4 mois. Quand je dis ça aux gens ils ne vont pas le croire connaissant ces entraîneurs et ce sont eux qui veulent venir en Guinée pour entraîner le Horoya. Lappé a fait un travail formidable. Je ne vais pas le juger sur un match, mais sur l'ensemble de la saison. C'est vrai que cette équipe était capable de tuer ce championnat depuis son entame et c'était fait pour ça. Moi dans mon planning je dois jouer la Ligue des champions. Je ne cache pas cette ambition. Et si ça ne va pas cette année, je monterai une équipe qui va jouer cette compétition l'année prochaine et toutes autres années à venir. C'est pourquoi j'ai mis le centre de formation pour prendre les jeunes en vue de renforcer l'équipe. Mon équipe première sera toujours opérationnelle. Et je travaillerai sur le long terme avec le centre de formation. Aujourd'hui on a catégorisé les jeunes. Au moment où je vous parle mes jeunes vont au Maroc ce soir pour un tournoi de 8 pays. Et la délégation sera accompagnée par Chérif Souleymane. C'est pour vous dire que le Horoya est sur l'échiquier international. Les gens ne savent comment il faut communiquer dans le football. Les gens ne savent pas là où il faut mettre les pieds. Ce qui reste clair, il reste 4 matches dans le championnat et nous allons les jouer à fonds. Et après nous allons tirer la conclusion. Ces quatre matches seront joués comme c'étaient des matches de la coupe du monde.

Au cas où les objectifs ne seront pas atteints pour toute l'équipe, est-ce qu'on peut s'attendre à un changement profond?
Vous savez je vous ai dit que c'est un groupe formidable, mais c'est la gestion qui fait défaut. Moi j'ai un principe simple dans le football. Chez moi c'est la concurrence. Vous pouvez être le meilleur joueur, mais si vous ne mouillez pas le maillot à l'entraînement, on fait jouer celui qui est prêt. C'est pourquoi les postes du Horoya sont triplés. Et j'investis pour ça tous les jours. Pour preuve je n'ai pas d'amis dans le groupe. Les footballeurs ne sont pas mes amis, c'est le business qui nous lie. Chez moi, c'est le meilleur qui joue et si le cas contraire se produit, c'est là où la responsabilité de l'entraîneur sera située. il faut être clair. Tu veux un joueur je le mets à ta disposition partout où il se trouve, mais il faut que les résultats soient visibles en réponse. Et ces résultats sont indispensables.

Vous avez un projet qui s'étend sur quatre ans. Vous avez aussi une académie qui est fonctionnelle même si tout le projet n'est pas complètement fini. Est-ce qu'on peut avoir une idée sur l'état d'avancement des travaux de cette académie?
C'est un centre moderne. Les travaux seront exécutés sur 14 mois. Et je veux que ça soit le meilleur centre dans la sous-région sinon en Afrique. Les ingénieurs européens étaient à Conakry jeudi passé et ils vont revenir en septembre. Vous savez entre juillet et août il est difficile de travailler avec la pluie. Le terrain sera un terrain avec du gazon naturel de norme internationale avec une piste d'athlétisme et une tribune et un gradin qui vont prendre 1600 places. Vous aurez deux terrains synthétiques; Vous avez un terrain à sable; Vous aurez du futsal qui est un terrain amovible dans lequel il y aura du basket, du handball, du volleyball, du tennis; Et autres. Au total vous aurez six terrains. Dans cette académie vous aurez tout ce qu'il y a dans les bonnes conditions. Chez nous aussi, il y aura sport et étude. Et tu ne sortiras pas de chez nous si tu ne sais pas écrire et lire. Puisque le football aujourd'hui c'est la tête et il faut donner la chance aux enfants de se reconvertir après le football. La vraie vie d'un footballeur c'est 10 ans et le reste c'est une promenade de santé. On a fait l'académie pour ça et on mettra les professionnels à la tête pour la gérer. On va tout catégoriser. Il y aura du U-12 jusqu'à U-19. En plus il y aura la partie professionnelle qui sera dotée d'un hôtel de 60 à 70 personnes et même les équipes nationales peuvent y faire leurs retraites à part le Syli. C'est à dire même dans la sous-région les équipes peuvent faire leur mise aux verts. C'est un centre international et panafricain que nous allons mettre en place. La troisième partie sera consacrée aux sports et loisirs, c'est-à-dire à ceux-là qui veulent entretenir leur santé. En plus de tout ça, il y a une grande administration qui sera-là pour la gérance dans laquelle il y aura un grand restaurant amovible qui peut tenir les conférences et des projections vidéos. Je vous assure que ce serait l'un des plus grands centres modernes de l'Afrique de l'Ouest

Dans le projet du Horoya les deux projets sont liés à savoir le club et l'académie, mais dans l'utilisation ils sont distincts. Expliquez nous un peu?
Le Horoya est un club comme le FC Barcelone, l'Olympique de Marseille, le Real Madrid, le PSG et tant d'autres où chacun peut venir adhérer dans le temps. Aujourd'hui tel n'est plus le cas; je profite d'ailleurs de cette interview pour dire aux uns et aux autres que ce temps est révolu; les clubs sont privés partout. Donc ce club qu'est le Horoya est distinct de l'académie. Mais Horoya aura, tout comme d'autres clubs guinéens, l'académie Antonio Souaré à sa disposition.

Propos recueillis par Sega Diallo

 

 
Express TV
Guinée: Le premier ministre Mamdy Youla dévoile l'ossature de son gouvernement à 31 ministères!
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Dubréka : quand l’Etat fout le camp

Mamou: Le Président Condé inaugure la MUFFA et la MC2

Journées de l’élevage à Labé: Les ambitions du Président Alpha Condé pour le secteur

Labé: Un accueil chaleureux réservé au Président Alpha Condé

Dubréka : des femmes dans la rue pour réclamer l’eau et l’électricité

Fria: Le Président Alpha Condé relance les activités de production de l’Usine

Labé: Le procureur dans de sales draps

Guinée : une épidémie de fièvre aphteuse inquiète des paysans

Transports-Guinée : Les quatre ponts de Tanènè remis en état

Communales 2018 : le vainqueur de la commune de Boffa commence à perdre patience

Bannière