Echos de Sekhoutoureya

Les confessions intimes de Mohamed Joe avant son suicide

13/8/2013

 

Le dimanche 28 Juillet 2013 à Paris, la nouvelle du suicide de notre compatriote, Mohamed Joe, par ailleurs chargé de sécurité du Syli national de Guinée, s'est répandue comme une traînée de poudre dans l'hexagone. Votre quotidien a cherché les motifs de cet acte rare, qualifié par les psychologues de désespoir. Le défunt explique ci-dessous, au cours d'une de ses dernières conversations téléphoniques avec sa soeur du nom de Bijou, vivant à Bruxelles en Belgique. Ces mots du désormais feu Mohamed Joe, sont transcrits d'un enregistrement authentifié par un service compétent en la matière. Nous n’avons écrit que ce qui est clairement audible sur la bande numérique. Attention ! Certains propos peuvent être dures. Prenez garde avant la lecture. C'est une tradition directe de la langue nationale Soussou à celle de Molière qu'est le français. Au coeur de ce suicide, une seule femme, celle de Mohamed Joe, elle s'appelle Dénise. Voici donc la pièce à Conviction d'AEG. Lisez :



Mohamed Joe : Ma soeur Bijou, je ne supporte plus cette honte .Je lui ai conseillé sur ses relations extra- conjugales. Elle ( Dénise ) me dit, ne me conseille pas .



Bijou : Ses relations avec le Papa de Lili ?



Mohamed Joe : Non, ce dernier est un patron d'une grande école au Togo. Le Papa de Lili ne peux pas faire ça .Après Denise est partie rejoindre au Togo ce Monsieur. Tu m'entends ?



Bijou : Oui



Mohamed Joe : Elle s'est donné rendez-vous au Togo avec sa soeur du Ghana. A son retour je lui ai dit. Denise dans la vie il faut faire attention surtout si tu es une femme mariée. Je mets ça de côté .Tu connais, ma soeur un monsieur du nom de Victor ?



Bijou : Quel Victor ?



Mohamed Joe : Le mari de la sœur de Hadja. Ce dernier est venu ici à Paris. Mais elle n'a pas eu de relations sexuelles avec ce dernier. Elle lui a juste soutiré la somme de 4500 € pour faire ses courses avec avant de se cacher du monsieur.



Écoutes moi bien parce que tu ne vas plus l’entendre. Cette histoire est passée. Après nous sommes allés à Conakry et retournés sans problèmes majeurs. Quelques jours après notre arrivée ici, elle me demande encore de nous retourner définitivement à Conakry. Je lui ai dit qu'elle peut rentrer au pays sans moi car il me reste trois ans et demi pour aller à la retraite. Que j'entendais me battre pour récupérer ma retraite. Tu m’entends, ma soeur Bijou ?



Bijou : Oui



Mohamed Joe : Maintenant,je lui ai parlé de ses relations extraconjugales avec un monsieur du port autonome de Conakry , comme elle faisait semblant de ne pas reconnaître cet autre amant . Un jour, je me suis mis à sa trousse sans qu'elle ne le sache. Puisque très souvent, pour sortir, elle me dit qu'elle s'en va dans la cité .Elle vient chez moi déposer sa voiture pour prendre celle de sa fille du nom de Lili.



Elle me fait honte même dans la cité ma soeur. Maintenant. Après vint l'histoire d'achat de voiture .Elle m'a dit qu'il lui faut la somme de 50 millions de Francs Guinéens. Je me suis démerdé pour lui trouver 35 millions de francs guinéens. Elle a revendu sa voiture pour compléter le montant.



S'agissant de l'histoire de marque Infiniti, je lui ai demandé c'est quoi ça encore ? Elle me dit qu'il faut acheter celle-là aussi. Que le propriétaire demande d'ajouter 20 millions de francs guinéens sur les 50 millions pour prendre l’infiniti. Mais j'ai répondu en disant que cette voiture vaut plus de 60 millions de francs guinéens .Nous, nous sommes disputés ici à Paris devant sa fille. Ce sont ses choses que je vis .Elle me dit, c'est toi qui connaît l'histoire de cette voiture. Le monsieur m'a donné cette voiture. Je lui ai répondu, ah donc tu t'es vendu pour l'avoir ? Il y'a eu assez de cries dans la maison ce jour-là aussi.



Après elle m'a dit OK. On arrête notre vie de couple à partir de maintenant et tout de suite. J'ai répondu. Ha Denise depuis que je t'ai connue, j’ai pas eu de relations avec d'autres femmes .Bijou, tu t'imagines depuis qu'on est allé à Conakry, nous sommes restés ensembles pas plus de deux jours. Elle ne faisait que rentrer à 2 heures ou 4 heures du matin. Quand je lui demande d'ou elle venait, elle répond qu'elle était avec ses amies. Depuis longtemps je n'accomplie pas mon devoir conjugal avec cette dame malgré mon insistance pour la faire comprendre qu'elle était dans un foyer. Tu es une femme mariée Dénise, Conakry est petit, Denise je t'ai vu aujourd'hui avec cet homme, j'étais dans un taxi. Elle me dit donc si tu m'as vu aujourd'hui ? Alors mes affaires sont grattées. Tu m'entends ma soeur Bijou ?



Bijou : Oui



Mohamed Joe : Je lui ai dit tu n'es plus une gamine. Tu vas tout comprendre à Conakry. Depuis l’aéroport international de Conakry-Gbessia, elle a appelé l'une de ses copines sans savoir que j'écoutais sa conversation. Elle dit ceci à sa copine : j'attends notre retour à Paris pour divorcer d'avec Mohamed Joe. Il y a trop d'argents à Conakry. Même arrêté tu les arraches. Écoutes bien la sœur, je vis assez de choses mais je ne veux pas vous mêler dans ce qu'elle fait. Et puis vous n’allez pas me croire.



Tu comprends Bijou ?



Bijou : Oui



Mohamed Joe : Tu connais le Général Baldé qui est à Conakry ? Il a aussi couché ma femme à l'hôtel. Je suis obligé de me cacher dans une voiture .J'ai appelé quelqu'un en lui disant. C'est ma femme qu'on dépose devant moi. Quelle honte ? (Pleures) Quand je lui ai parlé de cette histoire, preuve à l’appui. Elle a délaissé ce dernier. Quelle honte, le Général Ibrahima Baldé, que toute la Guinée connaît, envoie son chauffeur prendre ma femme puis la ramène devant moi. (Silence et pleure) Tu m’écoutes ma sœur ? (Pleure)



Bijou : Oui ! J’écoute tout.



Mohamed Joe : Après un homme qui est au port autonome de Conakry est venu lui remettre de l’argent. Elle me dit que ce dernier voulait des vestes. Mais j'avais eu les échos comme quoi, elle sortait avec ce monsieur aussi. Comment j'ai compris ? Tu sais je connais la couture de mes vestes. Tu connais M'Bady ? Qui travaille au port.



Bijou : Oui



Mohamed Joe : M'Bady est témoin. Nous avons parlés devant lui. Tu t'imagines j'ai dis à ce Monsieur ma femme ma parler de toi. Il m'a dit, quelle femme ? J'ai dit Denise. Arrivé à la maison, j'ai dis ça à Denise .Elle a commencé crié à me crier dessus en disant que j'ai gâté son gain. Y'a pas ce qu'elle m'a pas fait cette nuit aussi.



Bijou : Hé Allah !



Mohamed Joe : J'ai dit mais Denise tu es une femme mariée.



Bijou : Mimi! Mimi ! Appelez moi Mimi.



Mohamed Joe : Après elle est partie au salon pour appeler le gars. Le gars lui demande. Mais tu ne m'as pas dit que ton mari n'était pas là ? Après elle m'a dit que j'ai gâté son gain. Après tout ça, le monsieur a quitté Conakry le dimanche, et nous le lundi pour Paris. Une fois le monsieur l'a appelé devant moi dans un magasin. Je lui ai dit : Denise tu parles à ce monsieur comme si c'était moi ton mari ?



On a assez discuter jusqu'à chez sa mère. Mais je n'ai rien dit à sa mère. Sa mère ne connais pas ses histoires de copains .La seule histoire que sa maman connaît c'est celle du blanc, parce que je l'avait parler de ça .Tu m'écoute Bijou ? J'ai dit à sa mère de conseiller sa fille de changer de comportements .Je lui ai dit : Depuis notre arrivée à Conakry, elle ne vient à l'hôtel que pour me demander 500 mille francs guinéens ou un million de francs guinéens après pour ressortir avec ses copines. Dénise est ma femme. Je ne savais pas qu'elle était capable de certains actes .A Conakry elle se levait et allait dans la toilette pour écouter sa messageries et éteint son portable pour revenir au lit. Tu sais dans sa tête, elle ne croit qu'à sa mère Makalé. Elle se dit, si mon mariage là se gâte ma maman va m'organiser un autre mariage grandiose. Mais elle ne sait pas que si Makalé entend toutes ses histoires. Elle ne va plus l’aimer…tu m'écoutes ma soeur ?



Bijou : Oui j’écoute tout.



Mohamed Joe : A chaque fois je l'appelait à Conakry, elle me disait qu'elle est avec ses copine ou avec mon frère Biro. Après elle me dit. Toi aussi, portes moi confiance.



Bijou : Joe, quand tu m'as appelé la dernière fois qu'est ce que je t'ai répondue ? Tu ne peux pas te donner la mort à cause de cette Dénise. Tu as la chance d'avoir les belles filles. Pourquoi tu dois te tuer à cause d'elle ? Elle ne mérite pas ça



Mohamed Joe : Écoutes moi.



Bijou : Oui je t’écoute.



Mohamed Joe : Écoutes moi ! Si tu vois que j'ai envie de me suicider demande moi. Je sais pourquoi. Il n'y a pas un fait sans cause.



Bijou : Oui



Mohamed Joe : Bijou, je ne suis pas à ma première femme ni à ma deuxième. Moi Je ne veux pas la honte. À notre mariage, j'ai dit à Dénise. Dénise je ne veux pas la honte. Si tu me quitte, je te laisserai la vie, notre mariage est mon dernier .On ne sera pas divorcer.



Bijou : Ecoutes, je ne te coupes pas la parole, tout ce que tu me dis, je sais d’avance. Même si tu aimes Dénise tu n'as pas le droit de te suicider. Tu étais marié à Madame Barry, il n'y a jamais eu de problèmes entrevous. Tout le monde disait que vous formiez un couple de blancs. Malgré vos embrouilles tu n'as jamais parlé de suicide. Tu m’écoutes ? Saches que tu n'es pas toi-même. Tu n'as pas à ton état de conscience .Si tu l'étais tu n'allais jamais parler de suicide. Tu es mon frère. Je te connais assez pour dire cela. Je vais dire à Dénise de m'accompagner chez le marabout ou féticheur qui ta envoûter pour te libérer, sinon on ne peut pas faire la guerre à sa famille pour sa famille .Il n'y a pas de problèmes sans solutions. Prends tes affaires et viens ici à Bruxelles nous allons te libérer une chambre pour le moment. Si tu veux on viendra te chercher à Paris. Dénise va te chercher .Dénise ne sait pas que, les hommes de Conakry n'aiment que les femmes mariées aux hommes populaires comme toi ? En réalité les hommes n'aiment que les filles de 18 à 20 ans. Ils lui font la cour à cause de toi. Malheureusement elle ne comprend pas ça. Ne te suicide pas.



Mohamed Joe : Ma sœur je vais me suicider (pleure), je vais me suicider (pleure) , la vie n'a plus de sens à mes yeux

´

Bijou : Prends courage. On va te sortir de ce problème.



Mohamed Joe : Tu te rappel de la boite de nuit de Conakry là ?



Bijou : Tropicana ?



Mohamed Joe : Oui, Dénise est partie donnée la clé de sa voiture à l'animateur de cette boite.



Bijou : Laisses tout ça Mohamed Joe, tout ce que tu dis fait mal .Rappel nous dans 30 minutes. Je vais joindre Dénise afin parler avec elle.



Mohamed Joe : Ha mes sœurs, je dis ça pour que tout le monde entende. Parce que ha !! (Pleures, pleures), c'est fini là



Bijou : Mais pourquoi tu pleures, arrêtes de pleurer s'il te plaît. Ne te suicide pas pardon, pardon



Mimi : Non, il ne va pas le faire.



Bijou : Ne te suicide pas pardon.



Mohamed Joe : Vous n'allez plus m'entendre, je suis mort...



Bijou : Allo ! Allo ! Mohamed Joe ? Mohamed Joe ?????



Ah oui, Mohamed Joe se défenestrera malgré les multiples conseils de sa soeur Bijou depuis Bruxelles. Paris 101, rue Victor Hugo, au bat de l’immeuble un homme sans vie est étalé. Les pompiers et la police bouclent les lieux. Il s’agit bien le corps de Mohamed Joe Sylla. Sa dépouille mortelle rejoindra sa terre natale de Guinée le lundi 5-07-2013.Ci-dessous, le logement de feu Mohamed Joe SYLLA, c'est de là qu'il se défenestrera :



Enregistrement et transcription fait par

Bangaly Touré depuis Paris pour AEG

Tel-0033761156781





 

 
Express TV
Guinée: Le premier ministre Mamdy Youla dévoile l'ossature de son gouvernement à 31 ministères!
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Dubréka : quand l’Etat fout le camp

Mamou: Le Président Condé inaugure la MUFFA et la MC2

Journées de l’élevage à Labé: Les ambitions du Président Alpha Condé pour le secteur

Labé: Un accueil chaleureux réservé au Président Alpha Condé

Dubréka : des femmes dans la rue pour réclamer l’eau et l’électricité

Fria: Le Président Alpha Condé relance les activités de production de l’Usine

Labé: Le procureur dans de sales draps

Guinée : une épidémie de fièvre aphteuse inquiète des paysans

Transports-Guinée : Les quatre ponts de Tanènè remis en état

Communales 2018 : le vainqueur de la commune de Boffa commence à perdre patience

Bannière