Echos de Sekhoutoureya

Les contrevérités de Sidya Touré : La vérité des chiffres sur les performances de la Guinée

4/8/2012

 

Apparemment, le leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFR) ne se remet pas de sa défaite du premier tour de la dernière présidentielle. Surtout que ses ambitions de devenir Premier ministre de Cellou Dalein Diallo ont été remises en cause avec l’élection du professeur Alpha Condé au deuxième tour.

Il faut ajouter à ces deux facteurs, le refus discret mais ferme du nouveau président de ne pas le laisser prendre la place de Mohamed Saïd Fofana, promesse électorale oblige. Depuis, monsieur Sidya Touré qui était un habitué du palais Sékhoutouréya, a dégainé et tire sur tout ce qui bouge. Malheureusement, ses coups de feu ne sont pas dirigés uniquement sur le professeur Alpha Condé, mais sur tout le monde, à commencer par les braves populations laborieuses. Comment ? C’est ce que nous allons démontrer tout à l’heure.

Le pari de toute la Guinée cette année, c’est l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays pauvres très endettés). Avec le professeur Alpha Condé, la Guinée a atteint le point de décision de cette initiative et il ne reste que le point d’achèvement qui devrait intervenir d’ici septembre lors du Conseil d’administration du FMI. Cette initiative a été lancée en 1996 afin d'aider les pays les plus pauvres et les plus endettés, essentiellement africains, à réduire la charge que le surendettement fait peser sur leur croissance économique. Le défi est important car le passage à l’initiative PPTE permettra au pays la réduction des 2/3 de sa dette extérieure, soit 2 milliards 400 millions de dollars US. Ces 2 milliards 400 millions de dollars US ainsi épargnés seront réinjectés dans les secteurs prioritaires tels que les infrastructures, la santé, l’éducation, le développement rural et la gouvernance. Pour y parvenir, il faudrait que la Guinée puisse respecter l’ensemble des critères d'éligibilité exigés par les institutions internationales.

La Guinée doit en effet faire preuve de politiques avisées, respecter les normes de bonne gouvernance économique, avant d'obtenir cet allègement, donnant ainsi l'assurance que les ressources libérées seront utilisées à bon escient pour faciliter son avancée dans la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies, qui visent à réduire de moitié la pauvreté d'ici 2015. Ce sont ces efforts du gouvernement que le sieur Sidya Touré tente de remettre en cause par des déclarations infondées, de fausses informations économiques qui d’ailleurs n’honorent pas la réputation d’économiste dont il se pare. Il est vrai qu’il y a la propagande en politique mais le sérieux et la crédibilité d’un homme politique se traduisent par l’objectivité et la sincérité de ses déclarations. Sidya Touré voudrait être le seul à avoir obtenu un programme formel avec les institutions de Bretton Woods. Tout effort tendant à remettre en cause ce ‘’record’’ est mal dépeint par l’homme, dénigré de la manière la plus vile qui soit. Il est vrai que notre économiste dont le plus gros diplôme est une simple licence, a obtenu un programme formel avec le FMI. A l’époque, son ami et mentor Alhassane Ouattara était directeur général adjoint du FMI. Ceci expliquant donc cela. Mieux, Sidya Touré n’a pas trouvé la Guinée dans un état aussi piteux que l’a trouvé le professeur Alpha Condé après le passage des militaires. Il n’avait donc pas autant d’effort à fournir pour redresser les finances publiques.

Ce que le professeur Alpha Condé a réussi relève du miracle comparé aux efforts de Sidya Touré. Il faut faire remarquer que Lansana Kouyaté aussi a réussi à signer un programme formel avec le FMI et lui également n’avait pas trouvé les finances publiques dans l’état piteux de 2010. A titre comparatif, quand Sidya Touré arrivait aux affaires en 1996, l’endettement du Trésor auprès de la BCRG était moins de 100 milliards soit… 78 milliards de francs guinéens.

Quand Alpha Condé arrivait aux affaires, l’endettement du Trésor auprès de la BCRG était de 6.500 milliards de francs. L’écart est incroyable, l’héritage lourd à assumer. Avec un tel héritage, le professeur Alpha Condé a pu néanmoins mettre fin à l’indiscipline budgétaire, respecter les critères des institutions de Bretton Woods pour enfin obtenir un programme formel. Ce travail relève du prodige et il faut le dire. Mieux, quand Sidya Touré arrivait aux affaires, le taux de croissance de l’économie guinéenne était de l’ordre de 4 % grâce essentiellement à l'amélioration de la production dans le secteur minier. Quand le professeur Alpha Condé arrivait aux affaires le taux de croissance était à… 1,9%. En un an, ce taux est passé à 3%. Ne devrait-on pas tirer le chapeau à cet homme pour les efforts titanesques accomplis ? Voyons ici un rappel de quelques progrès économiques livrés par le secrétaire général du ministère délégué au budget : « Réduction du déficit budgétaire de 13% en 2010 à 2% en 2011; Baisse sensible du taux d’inflation de 21% à fin 2010 à 16% en avril 2012. L’objectif du gouvernement est de ramener ce taux à un chiffre d’ici fin 2013 dans le cadre de la FEC ». Ces performances au lieu d’être applaudies sont occultées par Sidya Touré.

Ce n’est pas tout, à Paris où il a donné une conférence de presse « Sidya Touré a procédé à une approche comparative sur la croissance réalisée par les pays de la sous région. Il minimise les 3 pour cent de la croissance guinéenne, comparée à la Sierra Leone qui est à 30 pour cent, le Niger 15 pour cent la Côte d’Ivoire 16 pour cent ». Ce n’est pas vrai, à moins que Sidya Touré veuille insulter l’intelligence de son auditoire. En effet pour monsieur Abou Conté « les chiffres de la croissance du PIB en Sierra Leone sont de 5,7 pour cent en 2011 avec une projection de 6,2 en 2012 (et une inflation de 11,7 pour cent). Au Niger, le taux de croissance a été de 4,2 pour cent en 2011 avec une projection de 11,2 pour cent en 2012. En Côte d’Ivoire, la croissance projetée est de 8,6 pour cent en 2012 ».

Finalement de qui se moque Sidya Touré ?

Mais ce n’est pas seulement le PPTE que Sidya Touré voudrait voir remis en cause. Il y a également le 10ème FED auquel il s’attaque et prie le diable en ce mois saint de carême que son pays n’y parvienne pas. N’ayant plus d’électorat, son pari est que les élections législatives ne se tiennent pas, persuadé qu’il est qu’il ne siégera pas à la future assemblée nationale. En même temps, il s’emploie à ce que son pays ne bénéficie pas du 10ème FED. En effet, l’Union européenne conditionne le décaissement du 10ème FED aux élections législatives.

Le montant à allouer à la Guinée au titre du 10ème FED est de 165,9 millions d'euros. Selon Philippe Van Damme, chef de la délégation de l’Union européenne (UE) en Guinée, «le 10ème FED peut-être signé et les volets sociaux vont être débloqués dès qu’il y a un chronogramme, un calendrier détaillé des élections législatives élaborées et transmises par les autorités concernées. Les autres volets du 10ème FED seront débloqués après la tenue effective des élections législatives, libres et transparentes ». L’enjeu de ces élections est donc crucial pour le pays même s’il ne l’est pas pour le sieur Touré qui préférerait voir son pays à l’agonie, sevré de l’assistance financière internationale tant que lui n’est pas au pouvoir. Ce faisant, il milite pour un appauvrissement grandissant des Guinéens, fait campagne contre son propres pays et les populations auxquelles il voudrait paradoxalement obtenir le suffrage. Pour parler trivialement, nous dirons tout simplement que c’est méchant.

Karamba Diakhaby

 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Ouré-Kaba: Communiqué du Gouvernement Guinéen suite à l'accident qui a fait 24 morts...

Guinée : le Gouvernement annonce des mesures en faveur de la réduction des accidents de route

Labé : des enseignants condamnés par la justice pour rassemblement délictueux

Boké : " la base réelle du développement reste l’agriculture.", Alpha Condé

Mandiana à feu et à sang : des jeunes en colère dénoncent les « fausses promesses » du Professeur Alpha Condé

Dubréka : quand l’Etat fout le camp

Mamou: Le Président Condé inaugure la MUFFA et la MC2

Journées de l’élevage à Labé: Les ambitions du Président Alpha Condé pour le secteur

Labé: Un accueil chaleureux réservé au Président Alpha Condé

Dubréka : des femmes dans la rue pour réclamer l’eau et l’électricité

Bannière