Banniere Guicopres janvier 2019

CONAKRY

Crise d'électricité : plusieurs activités paralysées à Conakry

 Kaloum
10/12/2019

 
Les ronronnements des groupes électrogènes ont repris de plus belle dans la capitale guinéenne. A l'origine de ces bruits assourdissants de moteurs, la crise d'électricité qui frappe de plein fouet la Guinée.

Depuis près d'un mois maintenant, le pays traverse une nouvelle crise d'électricité. Même la capitale Conakry n'est plus épargnée. Conséquences, certaines activités économiques sont paralysées, plusieurs autres, les crèmeries notamment, au ralenti.

Si les ateliers de coutures, les salons de coiffures et certains centres informatiques s'en sortent un peu avec des groupes électrogènes, les ateliers de soudures, les fours et les moulins qui dépendent de grandes quantités d'énergie électrique n'en peuvent plus. Ils sont soumis maintenant au programme de la desserte en électricité de EDG. Beaucoup ont des difficultés à honorer leur engagement. "J'ai des problèmes avec clients. Certains menacent même de partir ailleurs. Et ça, c'est pas bon pour moi", nous a confié un soudeur attendant l'arrivée du courant pour travailler.

Une autre conséquence et non des moindres, de ces délestages que les Guinéens, particulièrement ceux de Conakry et environs croyaient révolus, c'est la reprise des violentes manifestations de rue.

Depuis jeudi dernier, par exemple, des manifestations spontanées de jeunes gens en colère perturbent la circulation sur plusieurs axes routiers de Conakry. Ce qui aggrave la situation de la majorité de la population qui vit du quotidien.

En fin de semaine dernière, EDG, la société publique en charge de la fourniture du courant électrique a expliqué la crise par "la baisse du niveau d'eau dans les barrages hydroélectriques et l'indisponibilité des groupes électrogènes dans certaines centrales thermiques". Ajoutant à cela un programme de gestion rationnelle de la petite quantité de courant disponible.

Surprise par la reprise des coupures d'électricité, la population de Conakry attendait avec impatience les explications de EDG, mais la sortie de cette dernière ne semble pas rassurante.

La saison sèche à l'origine de la baisse du niveau d'eau dans les barrages hydroélectriques peut durer six mois. Et elle vient de commencer. C'est dire simplement que la population doit prendre son mal en patience.

Kovana SAOUROMOU

 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Koundara: Lancement de la campagne nationale de reboisement

Kankan : du nouveau dans le dossier de l’imam Nanfo Diaby

Décès d'une patiente dans la maternité de Kankan: le gouvernement sanctionne ( communiqué)

Kaglelen : Un présumé voleur battu à mort !

Un mort et plusieurs blessés à Kérouané: le FNDC condamne un "assassinat de trop" ( Déclaration)

Covid-19 en Guinée: une décision des autorités religieuses fait débat

Retour de Gnalén Condé à Dabola : la jeunesse maintient sa position

Dabola : Gnalén Condé triomphe des contestations

Guinée : Alpha Condé procède à une permutation de préfets

Recrudescence de la vindicte populaire à N'Zérekoré : le laxisme de la justice mise en cause

Bannière